Yoga pour le kickboxing

Tout comme le yoga était pratiqué pendant des siècles avant sa récente renaissance, le kickboxing existait bien avant que Billy Blanks ne commence à polluer la télévision de fin de soirée. Un hybride de boxe, de karaté, de boxe thaïlandaise et de tae kwon do, le sport de compétition du kickboxing a émergé en Amérique au début des années 70 et a été popularisé grâce à des superproductions Chuck Norris comme Good Guys Wear Black. (Bien que la vérité soit dite, Chuck était plus un karaté qu'un joueur de kickboxing.) Comme la plupart des arts martiaux, les principes directeurs du sport incluent le respect de soi, la discipline et le contrôle, tandis que son style est mieux caractérisé comme pratique. «C'est le moyen le plus efficace de se battre debout», déclare Guy Mezger, propriétaire de Freestyle Martial Arts à Dallas et co-auteur de The Complete Idiot's Guide to Kickboxing (Alpha Books,2000).

Comme Billy lui-même vous le dit (admettez-le - vous avez assisté à son infopublicité au moins une fois), le kickboxing est également l'un des moyens les plus efficaces de vous mettre en forme. Toutes les versions de kickboxing, des cours de fitness aux combats légers en passant par les combats acharnés, nécessitent à peu près chaque muscle et once d'énergie que votre corps a à offrir. "Les exigences physiques sont énormes", déclare Mezger, champion du monde de kickboxeur. "Non seulement cela fonctionne sous tous les angles de votre corps, mais il fait appel à la fois aux réserves aérobies et anaérobies."

Les matchs de kickboxing se composent de 12 tours de deux minutes, avec une pause d'une minute entre les tours. Chaque compétiteur doit exécuter - et se défendre contre - au moins huit coups de pied au-dessus de la taille par tour, en plus de lancer divers coups de poing et coups de genou et de coude.

En ce qui concerne les exigences d'un cours non compétitif, il vous suffit de vérifier les t-shirts imbibés de sueur des gens sortant d'un cours de cardio-kick torride au gymnase pour réaliser que le sport est exigeant.

Le défi physique est assorti d'une mentalité unique que Mezger appelle le bord du combattant - une attitude féroce, sans arrêt et intense. «Sur le ring, vous ne vous allongez pas seulement quand quelqu'un vous frappe», explique-t-il. Cette mentalité se traduit par ceux qui ne prévoient jamais d'être frappés: "Vous pouvez être aussi compétitif avec vous-même qu'avec les autres", dit-il.

Deux disciplines, trop différentes?

Malgré leurs différences apparentes - l'une implique la violence, l'autre la paix - le kickboxing et le yoga partagent des philosophies, y compris une approche du bien-être du corps entier. Tout comme vous avez besoin de tout votre corps pour réussir Trikonasana (Triangle Pose), chaque muscle contribue à chaque coup de poing et coup de pied. «On n'isole pas vraiment les muscles [en kickboxing]», dit Mezger.

La technique est plus précieuse que la puissance musculaire pure dans les deux disciplines: vous pouvez vous tordre davantage lors d'une expiration dans Ardha Matsyendrasana I (Demi-seigneur des poissons) que si vous essayez simplement de vous forcer. Et en kickboxing, si une femme a une meilleure technique qu'un homme plus lourd, elle peut l'abattre, selon Mezger.

Sur le plan émotionnel, le yoga et le kickboxing brûlent le stress et la colère, bien que de différentes manières. Tout comme une heure de yoga vous laisse souvent calme et concentré, vous évader sur un sac de boxe peut également dissiper les frustrations. «J'étais assez intense dans ma jeunesse», admet Mezger. "Les arts martiaux m'ont donné un moyen de canaliser mon énergie de manière constructive."

Enfin, les deux nécessitent un esprit intensément concentré. Qui n'est pas tombé de Vrksasana (Tree Pose) à cause d'un regard non fixé? Un esprit dispersé en kickboxing a des effets similaires - et plus dangereux -: «La seconde où votre esprit s'égare est la seconde où votre adversaire entre», dit Mezger. La pratique des arts martiaux permet également à Mezger, qui participe à des compétitions de karaté, de judo et de combat libre, de développer un calme intérieur. Et les femmes peuvent acquérir une plus grande tranquillité d'esprit, ajoute-t-il, lorsqu'elles savent comment se défendre en toute confiance.

Compte tenu de ces similitudes, il s'ensuit que la pratique régulière du yoga compléterait le régime d'un kickboxer. Mezger suit des cours de yoga une fois par semaine depuis environ un an. Il a constaté une amélioration de la stabilité de ses articulations, de sa souplesse et de la force de certains tendons, et attribue au yoga la diminution de la douleur de sa tendinite chronique de l'épaule et le renforcement du bas du dos. Mezger est tellement convaincu des bienfaits du yoga qu'il le recommande à tous ses étudiants, qui vont des amateurs aux pros. «Monter sur le ring est vraiment effrayant, surtout quand c'est la première fois», dit-il. "Le yoga enseigne le calme et la concentration."

Un sentiment de calme intérieur n'est que l'un des nombreux avantages du yoga. Faire appel à la tranquillité de Savasana (Corpse Pose) ou apprendre à utiliser la respiration pour stabiliser un asana difficile sont deux compétences qui peuvent se traduire dans n'importe quel sport, en particulier celui où des réflexes rapides sont nécessaires. Malgré son apparence féroce, pour réussir en kickboxing, vous devez assumer une concentration étroite, similaire à celle d'un joueur d'échecs - un état obtenu en pratiquant une respiration profonde et régulière.

Une jambe en l'air

Le yoga améliore également les quatre armes principales du kickboxing: la jambe gauche, la jambe droite, le bras gauche et le bras droit. Les jambes sont principalement utilisées pour les coups de pied offensifs ou les coups de genou. Les deux mouvements nécessitent de la flexibilité des hanches et de la force des jambes, et la jambe qui ne donne pas de coups de pied doit avoir un excellent équilibre. Lors de l'exécution de coups de pied ronds, par exemple, la hanche se déplace sur presque toute son amplitude de mouvement, et les fléchisseurs de la hanche, les fessiers moyens et minimus, les quadriceps, les ischio-jambiers et les muscles du mollet sont engagés.

«L'asana le plus naturel pour travailler sur la flexibilité de la hanche est Hanumanasana (les Splits)», explique Michael Lechonczak, un instructeur de yoga senior aux clubs de santé Equinox à New York. "De plus, Utthita Hasta Padangusthasana (Pose allongée de la main au gros orteil) vous donne de la force dans la jambe debout pendant que vous ouvrez l'autre jambe d'une manière très dynamique et fonctionnelle."

Bien que son nom laisse penser le contraire, le kickboxing ne représente que 35% de coups de pied. «Les compétences de boxe sont tout aussi importantes que les coups de pied», dit Mezger, qui ajoute que les femmes, en raison de la répartition de la force génétique, ont tendance à compter davantage sur leurs jambes que les hommes.

La course aux armements

Les bras agiles sont essentiels pour créer une position défensive pour protéger votre visage et le haut du corps. Et chaque muscle de vos pectoraux à vos triceps contribue à des coups de poing et de coude puissants. La puissance commence en fait dans les pieds, traverse les jambes et est amplifiée par la rotation de la hanche et transmise par les muscles du tronc à la poitrine et aux bras. Les asanas comme Urdhva Dhanurasana (pose de l'arc vers le haut) et Purvottanasana (étirement intense du corps avant) développent de la force dans vos bras, vos abdominaux et votre dos. Ces asanas favorisent également un corps avant ouvert. «Les deux sont des poses puissantes qui génèrent une grande énergie», dit Lechonczak.

Le tempo fougueux du kickboxing peut être pratiqué dans le yoga. Lechonczak recommande Sun Salutations à une vitesse de plus en plus rapide. «Les sauts d'avant en arrière vont créer du feu dans votre corps», dit-il.

Dimity McDowell est un écrivain indépendant basé à Brooklyn, New York.

Recommandé

Ahimsa signifie-t-il que je ne peux pas manger de viande?
Croquettes de millet au four
Yogis bâillants