Le Psoas c'est:

Si vous avez deviné C, vous avez raison. Enfoui au plus profond de votre corps, le psoas (prononcé «so-az») affecte toutes les facettes de votre vie, de votre bien-être physique à qui vous vous sentez et à votre relation avec le monde. Un pont reliant le tronc aux jambes, le psoas est essentiel pour un alignement équilibré, une bonne rotation des articulations et une amplitude musculaire complète. Dans le yoga, le psoas joue un rôle important dans chaque asana. Dans les flexions arrière, un psoas libéré permet à l'avant des cuisses de s'allonger et à la jambe de bouger indépendamment du bassin. Dans les poses debout et les flexions vers l'avant, les cuisses ne peuvent pas tourner complètement vers l'extérieur à moins que le psoas ne se libère. Toutes les poses de yoga sont améliorées par un psoas libéré plutôt que raccourci. (Lorsque vous inversez votre orientation à la gravité en inversions, cependant,le psoas doit être tonifié et relâché pour maintenir une bonne stabilité de la colonne vertébrale.)

Que vous souffriez de maux de dos ou d'anxiété, de fatigue au genou ou d'épuisement, il y a de fortes chances qu'un muscle psoas resserré contribue à vos malheurs. Entrer en contact avec ce muscle profondément enfoui peut être humiliant au début. Vous découvrirez peut-être que vous avez fait de nombreuses poses en contractant votre tronc, au lieu de compter sur votre squelette pour le soutien et de permettre à vos muscles plus périphériques de s'organiser autour d'un centre tonique mais fluide et spacieux. Mais si vous persévérez, le travail de psoas peut ajouter de nouvelles perspectives, de l'ouverture et de la stabilité à votre pratique. Bien que votre psoas ne soit pas aussi facile à détecter que vos biceps ou vos ischio-jambiers, améliorer votre conscience de ce muscle crucial peut grandement améliorer votre santé physique et émotionnelle.

En plus d'améliorer votre stabilité structurelle, développer la conscience de votre psoas peut mettre en lumière des peurs longtemps enfermées dans le corps comme une tension physique inconsciente. Intimement impliqué dans la réponse de combat ou de fuite, le psoas peut vous enrouler dans une balle fœtale protectrice ou vous fléchir pour préparer les puissants muscles du dos et des jambes à passer à l'action. Parce que le psoas est si intimement impliqué dans ces réactions physiques et émotionnelles de base, un psoas resserré de manière chronique signale continuellement à votre corps que vous êtes en danger, épuisant éventuellement les glandes surrénales et épuisant le système immunitaire. En apprenant à approcher le monde sans cette tension chronique, la conscience du psoas peut ouvrir la porte à une harmonisation plus sensible aux signaux intérieurs de votre corps concernant la sécurité et le danger, et à un plus grand sentiment de paix intérieure.

Rencontrez votre psoas

Pour localiser ce muscle puissant, imaginez peler votre corps comme un oignon. La première couche est la peau; viennent ensuite les muscles abdominaux à l'avant et les muscles massifs des côtés et du dos. Une couche plus profonde se trouve les intestins et une autre couche de muscles du dos. Continuez à éplucher chaque couche juste avant d'atteindre votre noyau squelettique: Là, au centre de votre univers intérieur, reposent les muscles psoas. Un de chaque côté de la colonne vertébrale, chacun travaillant indépendamment mais harmonieusement, le psoas se fixe sur le côté et vers l'avant de la 12e vertèbre thoracique et de chacune des vertèbres lombaires. Se déplaçant à travers le bassin sans se fixer à l'os, le psoas s'insère avec le muscle iliaque dans un tendon commun au sommet du fémur.

Un psoas fonctionnant sainement fournit un pont suspendu sensible entre le tronc et les jambes. Idéalement, le psoas guide le transfert de poids du tronc vers les jambes et agit également comme un fil de terre guidant le flux des énergies subtiles. Fonctionnant correctement, le psoas fonctionne comme le gréement d'une tente de cirque, stabilisant votre colonne vertébrale tout comme les haubans aident à stabiliser le mât principal du chapiteau.

De plus, le psoas fournit un support diagonal à travers le tronc, formant une étagère pour les organes vitaux du noyau abdominal. En marchant, un psoas sain se déplace librement et se joint à un diaphragme libéré pour masser en continu la colonne vertébrale ainsi que les organes, les vaisseaux sanguins et les nerfs du tronc. Fonctionnant comme une pompe hydraulique, un psoas en mouvement libre stimule la circulation des fluides dans tout le corps. Et un psoas libéré et fluide, combiné à un bassin stable et porteur, contribue aux sensations de se sentir ancré et centré.

Relation psoas / bassin

Considérez votre bassin comme la base d'une structure squelettique équilibrée. Pour que votre bassin fournisse cette base stable, il doit fonctionner comme une partie du tronc plutôt que comme une partie des jambes. Beaucoup de gens pensent à tort que leurs jambes commencent à la taille, peut-être parce que de nombreux muscles principaux des jambes s'attachent au bassin. Mais squelettiquement et structurellement, vos jambes commencent au niveau de vos hanches. Si votre bassin s'incline vers l'avant, l'arrière ou d'un côté à l'autre chaque fois que vous bougez vos jambes, les os ne peuvent pas supporter et transférer correctement le poids. Votre psoas sera alors sollicité pour aider à protéger la colonne vertébrale en stabilisant votre squelette. Étant donné que le psoas peut se contracter et se libérer indépendamment au niveau de l'une de ses attaches articulaires, il peut compenser les déséquilibres structurels de plusieurs manières. Mais si vous contractez constamment le psoas pour corriger l'instabilité squelettique,le muscle commence finalement à se raccourcir et à perdre sa souplesse.

Raccourcir le psoas conduit à une foule de conditions malheureuses. Inévitablement, d'autres groupes musculaires sont impliqués dans la compensation de la perte d'intégrité structurelle. Le bol pelvien s'incline vers l'avant, réduisant la distance entre les crêtes pelviennes et les jambes, et les fémurs sont comprimés dans les orbites de la hanche. Pour compenser cette constriction, les muscles de la cuisse deviennent surdéveloppés. Étant donné que la rotation complète des fémurs ne peut plus se produire dans les articulations de la hanche, une grande partie du couple de rotation est transférée aux genoux et à la colonne lombaire - une recette pour les blessures au genou et au bas du dos. Dans votre pratique du yoga, si vous ressentez une tension dans vos genoux ou dans le bas du dos en position assise et debout, votre corps peut vous dire que vous devez allonger votre psoas.

En plus des problèmes structurels, le raccourcissement du psoas limite l'espace dans le bassin et l'abdomen, resserre les organes, exerce une pression sur les nerfs, interfère avec le mouvement des fluides et altère la respiration diaphragmatique. Enfin, en limitant vos options de mouvement et en resserrant votre centre, un psoas raccourci diminue à la fois votre vitalité et votre connexion aux sensations au niveau de votre noyau squeletto-musculaire et émotionnel.

La perte de contact avec votre cœur peut se produire de multiples façons. Vous pouvez être né avec des déséquilibres structurels qui vous amèneront éventuellement à engager le psoas pour le soutenir. Toutes sortes de traumatismes physiques peuvent compromettre le fonctionnement optimal et sain de votre psoas: blessures au bassin ou à la colonne vertébrale, chirurgie, fractures et blessures articulaires des pieds et des jambes, même un ligament déchiré par des étirements surexubérants dans le yoga. Quelle que soit leur source, les déséquilibres musculaires qui compensent les blessures, les muscles surdéveloppés et la tension musculaire chronique ajoutent tous à l'instabilité structurelle qui affecte le psoas.

De plus, notre milieu de vie ne permet souvent pas une bonne utilisation du psoas. Des sièges d'auto aux vêtements contraignants, des chaises aux chaussures qui déforment la posture, de nombreuses caractéristiques de la vie moderne restreignent nos mouvements naturels. En fait, un psoas resserré de manière chronique peut remonter à vos premiers pas. Les chaussures pour bébé qui contractent le pied, entravent le mouvement des os ou limitent la mobilité de la cheville peuvent altérer l'équilibre squelettique d'un enfant et étouffer la vitalité du psoas. D'autres accessoires pour l'éducation des enfants peuvent aggraver le problème. Les porte-bébés en plastique rigide limitent les mouvements, éliminant la protection naturelle et les concessions mutuelles du corps de la mère, et les parcs pour enfants limitent la rampe essentielle à la maturation neuromusculaire et squelettique. Les marcheurs donnent aux nourrissons une fausse impression de stabilité,encouragez-les à se lever et à marcher avant que les os ne soient complètement formés et prêts à supporter le poids. Le développement précipité de cette manière apprend aux enfants à compter sur leurs muscles psoas plutôt que sur leur squelette pour se soutenir.

Un traumatisme émotionnel ou un manque continu de soutien émotionnel peut également conduire à un psoas contracté de manière chronique, et donc à une perte de conscience de base. Si votre syndrome de combat / fuite est déclenché par une excitation constante, vous finirez par perdre le contact avec votre monde intérieur. Une participante à un atelier sur le psoas, par exemple, s'est souvenue que sa mère lui avait répété à plusieurs reprises: «Regardez où vous allez, jeune femme». Recevoir constamment le message selon lequel on ne pouvait pas faire confiance à son corps la conduisit à une anxiété chronique. Elle réalisa qu'elle regardait littéralement chaque pas qu'elle faisait, forçant son squelette à s'affaisser sous le poids d'une tête tombante.

En tant qu'adulte, apprendre à libérer consciemment votre psoas peut raviver les énergies vitales en rétablissant votre connexion aux signaux internes de votre corps - votre sagesse somatique instinctive. Libérer votre psoas encourage ce processus en vous permettant de faire confiance à votre stabilité squelettique au lieu de vous retenir par un effort musculaire. Sentir que vos os supportent du poids se traduit par une sensation physique et émotionnelle de «se tenir debout sur ses deux pieds». Avec un psoas qui fonctionne correctement, les os portent du poids, les muscles font bouger les os et les articulations relient les énergies subtiles du corps. L'énergie circule à travers les articulations, offrant une sensation de continuité, comme le fil qui coule à travers un collier de perles qui le transforme en quelque chose de plus que la somme de ses parties. Le psoas, en conduisant l'énergie, nous relie à la terre,tout comme un fil de terre empêche les chocs et élimine l'électricité statique sur une radio. Libérée et ancrée, la colonne vertébrale peut se réveiller.

Une fois que vous avez appris à sentir et à libérer votre psoas, vous pouvez appliquer ces leçons à votre pratique du yoga et à votre vie quotidienne. Garder votre psoas libéré pendant la pratique du yoga libère l'attention précédemment dirigée vers votre noyau contracté, vous permettant de sentir plus clairement l'équilibre délicat d'action entre d'autres groupes musculaires. Et libérer votre centre crée une sensation de détente et de calme qui peut infuser toutes vos activités. Dans son poème «Burnt Norton», TS Eliot a écrit une phrase qui saisit parfaitement la stabilité intérieure et la paix qui accompagnent un psoas fonctionnant correctement: «le point immobile du monde tournant».

Auteur de The Psoas Book , un guide sur le muscle iliopsoas et ses effets sur le corps, l'esprit et les émotions (Guinée Pig Publications; PO Box 1226, Felton, CA 95018; www.guineapigpub.com), Liz Koch a enseigné des ateliers sur le psoas depuis plus de 20 ans. Elle vit à Felton, en Californie, avec son mari Jeff Oberdofer et leurs trois enfants.

Recommandé

10 conseils pour pratiquer Virasana en toute sécurité
Activez votre vérité et votre abondance avec ces poses d'autonomisation
5 conseils pour améliorer (presque) n'importe quelle pose