La célébration du riz comme symbole de subsistance

La célébration du riz a été liée à sa récolte et à sa plantation. Honorez le riz, dans toutes ses variétés, comme source et symbole de subsistance.

Pendant plusieurs jours à la fin de chaque année, Wendy Kohatsu et environ 20 membres de sa famille se réunissent à Los Angeles pour battre 150 livres de riz sucré sec en mochi artisanal . C'est un long processus, qui nécessite de la patience et une bonne conversation car ils font tremper le riz, le cuisent à la vapeur et le pilent en pâte collante fondue qui est ensuite méticuleusement façonnée à la main en boulettes de riz denses. Le résultat est une somptueuse soupe de mochi chauds flottant dans un riche bouillon miso.

Mais avant le début du repas, la famille s'arrête et dit la grâce comme une offrande à la nature et à l'année à venir. «Le riz symbolise le fondement de la vie», explique Kohatsu, professeur assistant invité au programme d'Andrew Weil en médecine intégrative à l'Université de l'Arizona. «Dire grâce avant le riz est une façon de rendre grâce au soleil et à la terre, aux agriculteurs qui cultivent la terre, aux cuisiniers et aux gens qui vous servent. C'est une façon simple mais profondément profonde de se sentir connecté à le riz et la planète. "

Tout au long de l'histoire, ce grain a signifié plus qu'une simple nourriture; dans de nombreuses cultures, c'est un élément central des pratiques culinaires et spirituelles. Aujourd'hui, plus de la moitié de la population mondiale en est soutenue, et dans de nombreuses régions d'Asie, un repas n'est pas considéré comme un repas à moins que du riz ne soit servi. Les célébrations sont souvent liées à sa récolte et à sa plantation, comme le Pongal Festival dans le sud de l'Inde, où les hindous, en l'honneur de la nouvelle récolte, font cuire le riz dans des pots jusqu'à ce qu'il déborde. Le culte du riz a également lieu chaque jour dans des endroits comme le Tibet, où les bouddhistes offrent un bol de riz blanc comme offrande quotidienne. Et en Indonésie, la déesse du riz, Dewi Sri, est très vénérée, tout comme le riz, que l'on croit avoir un esprit ou une âme.

Au fur et à mesure que j'en apprends plus sur cette céréale abondante et les cultures qui l'honorent, je commence à voir comment je peux infuser de nouvelles intentions dans un bol de riz - en m'arrêtant, comme le fait Kohatsu, pour me souvenir de la source de mon repas et pour rendre hommage à la nature et toutes les personnes qui ont aidé à l'amener à ma table. Et à cause de toutes les différentes variétés, couleurs et façons de cuire le riz, je suis également tombé sur l'occasion de donner aux puddings, aux sautés et aux risottos, qui sont déjà pleins de saveur et de nutriments, une signification plus profonde.

Voir aussi Riz, OGM, carraghénane: faut-il rester à l'écart?

Les variétés de riz

Il s'avère que les variétés de riz disponibles sont aussi diverses que les personnes qui les consomment. Il existe 120 000 sortes, selon l'Institut international de recherche sur le riz - brun à grain court, blanc japonais, basmati et jasmin parfumé, violet foncé et rouge parmi eux - et chaque type représente la région et la culture qui le cultivent.

Quelle que soit la variété, le riz à grains entiers est une source abondante de vitamines B, de fibres et d'antioxydants tels que le sélénium et le manganèse, qui aident à renforcer la fonction immunitaire. Bien sûr, comme tout autre grain entier, dit Kohatsu, qui est un médecin intégrateur et un expert en nutrition, le riz moins transformé conserve plus de ses nutriments. S'il est brun ou de toute couleur autre que le blanc, le revêtement de son (l'extérieur) a été laissé intact. Le son du riz blanc pur de toute nature a été poli et certains nutriments ont été enlevés, laissant derrière lui le centre riche en glucides. Combinez du riz de n'importe quelle variété avec un peu de protéines et vous obtenez un excellent complément à n'importe quel repas. Cela peut être une nouvelle pour quiconque considère le riz principalement comme un grand bol de glucides.

«Dernièrement, le riz a eu une mauvaise réputation», déclare Ashley Koff, diététicienne à Los Angeles. «Les gens disent qu'ils veulent éviter les glucides, mais en évitant le riz, ils passent à côté des vitamines B et des fibres, qui, lorsqu'elles sont épuisées, peuvent rendre les gens de mauvaise humeur et manquer d'énergie. À mon avis, nous avons été débordés, et nous pourrait utiliser la diversité du riz dans notre alimentation, d'autant plus que c'est l'une des céréales les moins allergènes et l'une des plus faciles à digérer. " Koff offre une bonne raison d'abandonner ma tranche de pain grillé de grains entiers du matin. Je prends ses conseils et mets du basmati brun biologique à grains longs dans mon cuiseur à riz pour faire un bol de petit déjeuner.

Au fur et à mesure que le basmati cuit, un arôme floral musqué remplit la maison, et je suis surpris de ne jamais avoir vraiment remarqué son parfum séduisant. Je me sens stimulé lorsque je découvre une étude de 2007 présentée à l'American Dietetic Association Food and Nutrition Conference, qui a révélé que les mangeurs de riz ont une alimentation plus nutritive que les non-mangeurs de riz et, comme ils sont moins sujets au surpoids, ils ont moins développer une pression artérielle élevée et un diabète. Ce n'est probablement pas un hasard si le riz est un pilier ayurvédique, en particulier le basmati blanc avec ses qualités sattviques ; ceux-ci améliorent la clarté, gardant le corps léger et l'esprit clair.

Sachant que je mange un grain sain qui est tenu sacré par les hindous qui l'utilisent lors de cérémonies telles que les mariages et les funérailles et pour célébrer le premier aliment solide d'un bébé (riz, bien sûr), je prends ma pagaie et en mets un couple de boules de mes basmati cuits dans une casserole. J'ajoute du lait, un peu de cannelle, une pincée de cardamome et un soupçon de sucre demerara bio. À feu moyen, je remue le riz jusqu'à ce que la majeure partie du lait soit absorbée. Je termine avec une pincée de noix et de pacanes crues hachées, et je m'assois pour le petit déjeuner.

Voir aussi Recette: Riz à la poêle végétarien au chipotle rapide (plus des compléments ayurvédiques!)

La célébration du riz comme acte de service

Alors que je prends mes premières bouchées, je me souviens d'une conversation que j'ai eue avec Rohini Kanniganti, un médecin originaire du sud de l'Inde maintenant basé à Boulder, Colorado. Enfant, elle entendait souvent l'expression annadata sukhibhava . «Ça me remplit le ventre rien que pour l'entendre», dit-elle. «Cela signifie« Que Dieu bénisse le fournisseur de nourriture ».» Anna se traduit par «riz», ce qui renforce la conviction que servir du riz aux invités (en particulier aux nécessiteux) est autant un acte sacré qu'un service. Kanniganti souligne également que, dans de nombreuses maisons indiennes, du riz mélangé avec du lait et du sucre (pas très différent de mon bol de petit-déjeuner) est souvent offert aux divinités dans les autels de la maison. Une fois que la nourriture est bénie, un peu est redonnée à chaque membre de la famille pour manger.

Tandis que je continue mon petit-déjeuner, je remarque que le riz est moelleux et sucré, avec un piquant terreux. En fin de compte, c'est un repas complètement satisfaisant et copieux. Le riz manifeste un certain terroir - la qualité du sol dans lequel il a poussé - qui produit un arôme particulier et définit la manière dont la saveur change au fur et à mesure que le grain est mâché.

Plus tard, lorsque je parcoure l'allée du riz de mon magasin d'aliments naturels, je suis étonné du nombre de variétés que je peux facilement saisir sur l'étagère. Puis je commence à penser à une femme sénégalaise nommée Sarta, en vedette dans Seductions of Rice , un livre de traditions et de recettes du riz du monde entier. Chaque matin, Sarta, comme des générations de femmes avant elle, rassemble des tiges de riz et les martèle dans un grand mortier avec un lourd pilon. Elle bat et bat jusqu'à ce qu'elle puisse vanner la dernière balle et le son et tout ce qui reste sont de minuscules perles blanches. En déposant quelques variétés dans mon panier, je me promets que la prochaine fois que je ferai du riz à la maison, je me souviendrai de Sarta et respecterai tout le travail qui a été nécessaire pour récolter ce précieux grain.

Kohatsu suggère plus tard que je fasse cela en lavant consciemment mon riz brun avant qu'il ne touche le poêle. De cette façon, vous pouvez lentement et respectueusement infuser n'importe quel repas avec une intention ou une offrande, comme vous le feriez au début d'un cours de yoga. «Un lent mouvement de la main», dit Kohatsu, «en remuant les grains crus rythmiquement dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, en rinçant lentement ce que le talc a obscurci dans l'eau, puis à nouveau en bruissant, en rinçant, en agitant, en rinçant, jusqu'à ce que l'eau soit claire. De cette façon, vous rendez hommage aux générations qui ont survécu au riz auparavant, et vous accomplissez votre karma yoga - votre devoir de dîner sur la table. " Et donc avec gratitude je dis: "Annadata sukhibhava."

Voir aussi Salade de riz sauvage aux amandes effilées et groseilles

A propos de l'auteur

Stacie Stukin vit à Los Angeles et blogue pour le site Web de Yoga Journal .

Recommandé

3 histoires extraordinaires de guérison par le yoga
Flexibilité de travail dans l'une des plus anciennes poses du yoga
Une pratique de yoga à domicile pour construire un dos solide