Comment le travail corporel peut transformer votre pratique du yoga

Wheel Pose a d'abord confronté Stacey Rosenberg aux limites de son corps à la fin des années 1990. Elle était alors une étudiante sérieuse en yoga, avec cinq bonnes années de pratique et une formation de professeur de Sivananda à son actif. Pourtant, chaque fois qu'elle poussait vers Urdhva Dhanurasana, elle éprouvait une résistance dans le bas du dos et des douleurs aux genoux. Pensant que plus de pratique était la réponse, elle pratiquait davantage. Pourtant, dit-elle, «peu importe mes efforts, je ne pourrais jamais aller très loin».

Enfin, un jour, elle a erré dans une classe axée sur l'alignement. "Le professeur a regardé ma pose et a dit:" Vos quads sont durs comme de la pierre "", se souvient Rosenberg. Dans d'autres domaines d'activité physique, ce serait un compliment. Mais ici, ses cuisses serrées et musclées limitaient sa capacité à s'étendre à travers ses jambes et lui tendaient les genoux et le bas du dos. "Le professeur a dit: 'Avez-vous pensé à faire un travail de libération myofasciale? Cela aiderait.'"

Cette recommandation a conduit Rosenberg dans un voyage corporel qui a inclus la libération myofasciale, le Rolfing, la thérapie craniosacrale et le massage yoga thaïlandais. Maintenant enseignante certifiée d'Anusara dans la région de la baie, Rosenberg, 37 ans, dit qu'elle peut remercier le travail du corps pour avoir transformé sa vie et sa pratique.

«Je suis un fervent défenseur du travail corporel et je le recommande souvent à mes élèves», dit-elle. «Nous arrivons tous sur le tapis avec nos habitudes, nos schémas physiques et nos traumatismes émotionnels. La vie nous est arrivée, et c'est magnifique. Mais cela entraîne aussi beaucoup de désalignement et parfois de la douleur.

Voir aussi  Carrosserie Inside-Out

Hors du tapis, sur la table

De nombreux étudiants en yoga entrent dans la pratique en pensant que le yoga est le système holistique parfait pour traiter leurs maux et leurs douleurs. La pratique rend parfait, en d'autres termes, une notion occidentale qui, en combinaison avec une discipline orientale, peut produire des attentes très irréalistes pour un corps sans douleur, bien équilibré et hautement fonctionnel. «Nous sommes très attachés à perpétuer le mythe selon lequel le yoga est un système complet. Nous aimons dire que c'est tout ce dont vous avez besoin, mais ce n'est tout simplement pas vrai», déclare la thérapeute de yoga Leslie Kaminoff, auteur de Yoga Anatomy et fondateur de The Breathing Project, un studio de yoga basé à Manhattan. "Il doit être complété pour maintenir l'équilibre."

Selon Kaminoff, une façon d'y parvenir consiste à utiliser la carrosserie. «Un carrossier peut atteindre des zones de votre corps à un niveau mécanique sur lequel vous n'avez pas d'influence», dit-il. "Vous n'aurez jamais autant d'espace entre vous et le sol. Généralement, le massage ou le travail myofascial a lieu sur une table, ce qui signifie que le carrossier peut laisser tomber [vos] membres sous la surface d'appui." Et cela fait une très grande différence, dit-il, en termes d'amplitude de mouvement. Cet effet de levier peut également faire une différence profonde lorsqu'il s'agit d'accéder au fascia, le tissu conjonctif qui entoure, imprègne et relie les muscles et les os de notre corps. «Les gens pensent que les muscles font bouger nos os, mais en réalité, les os et les muscles existent dans un seul grand filet fascial», explique Tom Myers, l'auteur d' Anatomy Trains, pionnier du style de carrosserie Kinesis Myofascial Integration (KMI). "Très souvent, ce qui se passe avec la hanche est lié à ce qui se passe avec le cou."

Obtenir plus de mouvement dans ce tissu conjonctif grâce au yoga, comme l'a découvert Rosenberg, peut être difficile; en yoga, vous travaillez de l'intérieur vers l'extérieur. «Mais le carrossier demandé peut regarder de l'extérieur et voir non seulement le motif, mais aussi ce que le motif fait dans le corps», dit Myers. Cela permet aux carrossiers d'accéder plus facilement au fascia et de desserrer les tissus cicatriciels et les adhérences, ainsi que de soulager les tensions et les déséquilibres qui peuvent provenir de mouvements répétitifs.

Les débutants, cependant, ne voudront peut-être pas se tourner vers la carrosserie pour répondre à toutes les difficultés qu'ils rencontrent sur le tapis, note Kaminoff. «Si vous êtes un débutant qui n'a jamais eu de cours de yoga privé ou de séance de thérapie par le yoga, faites-le d'abord. Vous pouvez faire des percées, il faudrait des années pour entrer dans une classe», dit-il. "Mais sachez aussi qu'il existe une gamme de limitations qui peuvent être neuromusculaires ou dues à la nature du fascia. Et avec ces choses, le travail corporel peut vraiment aider."

Voir aussi  une introduction à la thérapie par le yoga

La table de massage: un espace sacré

Il y a autre chose: dans un monde où les gens se précipitent juste pour se rendre au travail, aux cours de yoga et à la maison, la table de massage a pris l'aura d'un espace sacré. «La plupart des gens sont surpris de voir à quel point vous êtes toujours sur la table», déclare John LeMunyon, thérapeute neuromusculaire et instructeur de méditation à Birmingham, Alabama. «Les rythmes respiratoires naturels des gens commencent à émerger. J'ai commencé à penser que ce pour quoi les gens paient vraiment, c'est un endroit sûr où se taire et être dirigé à travers l'expérience de leur propre corps.

Ses clients, souvent des yogis, ont subi d'énormes percées, dit-il, permises principalement par le calme et la tranquillité. «J'ai récemment eu une femme qui ne pouvait jamais relâcher sa jambe vers le sol lorsqu'elle était assise à Sukhasana», dit-il. "Quand je l'ai eue sur la table, j'ai pu prendre sa jambe et la déplacer et lui montrer toute son amplitude de mouvement. Je lui ai montré comment faire tourner ses cuisses au niveau du bassin, et elle a pu le recevoir. informations sur la table de massage d'une manière qu'elle n'aurait jamais pu tout à fait dans mon cours de yoga. La semaine suivante en classe, elle a relâché sa cuisse vers le sol et a dit: "Oh mon Dieu." Elle a fait le travail; je lui ai juste montré quelque chose qu'elle n'avait pas pu voir auparavant. "

Apprendre à recevoir est une compétence que tous les yogis doivent cultiver, explique Devarshi Steven Hartman, directeur de la formation professionnelle du Kripalu Center à Stockbridge, Massachusetts, qui enseigne le yoga et le travail corporel depuis plus de 25 ans. Il a vu les tendances du yoga aller et venir, mais a le sentiment que certaines personnes ne profitent pas pleinement de la pratique. «Nous voyons de plus en plus de gens qui viennent en cours, font des asanas, puis se lèvent et sortent avant Savasana», dit-il. "Nous ne savons pas comment être réceptifs. Le travail des tissus profonds, en particulier, exigera que vous appreniez à travailler avec la respiration et à recevoir. Cela se traduit par des avantages hors de la table."

Voir aussi  Auto-massage: Boostez votre système immunitaire

Se décoller

Ce fut le cas de Carrie Gaynor. Elle était skieuse, randonneuse et coureuse avec une pratique agressive du yoga Ashtanga et Iyengar et un travail à plein temps en tant qu'infirmière autorisée lorsqu'elle a trouvé son chemin vers le travail corporel. C'est une blessure qui l'a amenée à table: un accident de ski qui a entraîné un ligament croisé antérieur soufflé et des ménisques déchirés. Après avoir subi une intervention chirurgicale à la fin des années 90, avec une récupération douloureusement lente, Gaynor a commencé à explorer de nombreuses formes de travail corporel.

De chacun, elle a appris quelque chose d'important, dit-elle. "Grâce au travail doux, profond et subtil, j'ai appris à faire mes asanas sans tout forcer. J'ai commencé à apprendre où faire des efforts et où me détendre", dit-elle. "Grâce à un travail corporel plus centré sur la respiration, j'ai pu débloquer des blocages émotionnels et voir la vie beaucoup plus clairement. Lors de mes séances de Rolfing, j'ai senti que les canaux praniques commençaient à se dégager et à s'ouvrir. J'étais un yogi, donc je savais ce que c'était, et j'ai été étonné que cela puisse arriver sur la table de massage. Je pensais que ces ouvertures étaient spécifiques au yoga, mais il s'avère que des carrossiers qualifiés peuvent également aider à éliminer les blocages d'énergie. "

Alors que son esprit et son corps commençaient à s'éclaircir, Gaynor a décidé de faire de grands changements dans sa vie: elle a quitté son emploi, a suivi une formation de carrossière structurelle KMI et a commencé à étudier le yoga plus profondément avec les professeurs Leslie Kaminoff, Esther Myers et Kali Ray. Aujourd'hui, Gaynor est thérapeute et instructeur de yoga, praticienne et formatrice KMI, et co-directrice de l'Absolute Yoga and Wellness Institute à Rochester, New York.

Personne n'a besoin de travail corporel pour faire du yoga; la pratique nous rencontre toujours là où nous sommes. Cependant, comme le souligne Gaynor, le travail corporel peut nous aider en créant la liberté dans ces endroits coincés que nous ne pouvons tout simplement pas atteindre. «Il y a des choses merveilleuses que nous faisons dans le yoga: la confiance en soi dans notre expérience interne et l'auto-étude», dit-elle. "Mais les zones profondes et de longue date de restriction fasciale créent des endroits dans le corps où la conscience n'a littéralement nulle part où vivre. Vous ne pouvez pas les voir ou souvent même savoir qu'ils sont là. Vous pourriez simplement ressentir ces restrictions comme 'Est-ce que je fais des backbends?' "

Voir aussi  Pratiquer Svadhyaya (auto-apprentissage) sur le tapis

Quant à Rosenberg, sa Wheel Pose est maintenant profonde, belle et sans douleur - un vrai crédit à sa pratique. «Le but le plus élevé du yoga n'est pas de faire le backbend parfait mais de s'éveiller à notre vraie nature en tant qu'êtres divins et bienheureux», dit-elle. "Grâce au voyage que j'ai fait pour surmonter la douleur dans mon corps, je suis devenu plus fort, plus flexible." Elle ajoute: «Je dis à mes élèves: 'Vous devez participer activement à votre propre déroulement.' N'arrêtez pas de faire du yoga. Mais si vous rencontrez un lieu de résistance ou de douleur, pourquoi ne pas faire tout ce que vous pouvez pour y remédier également? "

Hillari Dowdle, ancienne rédactrice en chef du Yoga Journal , est une écrivaine indépendante vivant à Knoxville, Tennessee

Recommandé

Le yoga de l'argent: portez la sagesse du tapis à vos finances
Le yoga m'a transformé après l'amputation
4 façons de modifier la pose acridienne