Q&A avec Paige Elenson: Professeur de Yoga + Fondatrice du Africa Yoga Project

Notre professeur de pratique à domicile et fondatrice du projet Africa Yoga, Paige Elenson, parle de la gestion d'une entreprise sociale au Kenya.

Yoga Journal: Parlez-nous du projet Africa Yoga - que fait-il?

Paige Elenson:J'ai commencé le projet Africa Yoga avec Baron Baptiste en 2007 à Nairobi, au Kenya. Il s'agit d'un programme de formation de professeurs de yoga et de leadership de 3 ans où nous éduquons, responsabilisons, élevons et employons des jeunes africains. Nous l'avons créé pour les jeunes marginalisés, âgés de 18 à 35 ans, des établissements informels ou des bidonvilles en Afrique, où le taux de chômage peut atteindre 80% et où les seules options pour mettre de la nourriture sur la table sont des choses comme la prostitution, la drogue ou les activités. travaux ménagers. Après avoir terminé la formation, ils obtiennent l'accréditation internationale Yoga Alliance en tant que professeurs de yoga et vont donner des cours de yoga dans leurs propres communautés, dans des orphelinats, des prisons, des écoles et d'autres endroits. Nous offrons des bourses à bon nombre de ces jeunes pour la formation, puis nous les payons également pour qu'ils enseignent à leurs cours. L'industrie du bien-être se développe en Afrique,et notre formation offre aux gens des opportunités dans le domaine du bien-être et la chance de sortir de la pauvreté et de faire une différence.

Nos mentors internationaux donnent 125 $ / mois pour leurs salaires. L'idée est que nous aidons ces personnes à enseigner le yoga gratuitement dans leurs propres communautés afin qu'elles puissent devenir des leaders communautaires et avoir des compétences employables. La formation prépare les jeunes à gagner des revenus autonomes en tant que leaders communautaires dans l'industrie de la santé et du bien-être en Afrique, qui se développe rapidement.

Voir aussi:  Africa Yoga Project: 5 professeurs de yoga de Nairobi avec amour

YJ: Quel genre de résultats voyez-vous?

PE: Nous employons plus de 100 enseignants ici au Kenya et nous avons formé plus de 200 enseignants qui vivent dans 10 pays à travers l'Afrique, dont l'Afrique du Sud, la Sierra Leone, l'Ouganda et le Rwanda. À Nairobi, nous avons plus de 250 cours gratuits par semaine qui touchent plus de 6000 personnes par mois. Près d'un quart de million de personnes par an dans toute l'Afrique bénéficient de cours de yoga gratuits grâce à notre programme.

YJ: Qu'est-ce qui vous a inspiré pour commencer à faire ce travail?

PE: Je suis allé à Nairobi pour des vacances en famille en 2006. J'étudiais le yoga avec Baron Baptiste aux États-Unis et j'enseignais à plein temps. Nous étions en safari quand j'ai vu des jeunes hommes faire des poignées. J'ai sauté du véhicule et j'ai commencé à faire des repose-mains avec eux et j'ai eu une véritable expérience de service et de me sentir connecté avec des gens que je ne connaissais pas grâce à la pratique du yoga.

Voir aussi:  Cours de yoga basés sur les dons pour nourrir les affamés

Ces jeunes hommes m'ont retrouvé plus tard sur MySpace. Ils ont dit: «Pouvez-vous revenir au Kenya et nous enseigner le yoga?» Ils étaient tellement insistants! Ils ont dit: "Nous voulons apprendre le yoga ici en Afrique, et c'est vraiment réservé à l'élite." Et quelque chose dans mon cœur a dit: "Oui!" et j'ai acheté un billet pour l'Afrique.

Ils sont venus me chercher à l'aéroport et ils m'ont emmené dans l'un des bidonvilles locaux. Jusque-là, je ne comprenais pas le niveau de pauvreté en Afrique. Ces jeunes des bidonvilles sont exclus des opportunités économiques formelles.

YJ: Pourquoi avez-vous créé un modèle d'entrepreneuriat social?

PE:  Ma question était la suivante: quelle est la cause profonde de la tant de souffrance ici? Et l'une des causes profondes est le manque de possibilités d'emploi durable. Nous prenons le cliché de «Ne donnez pas de poisson à un homme, mais apprenez-lui à pêcher» à «Révolutionnons toute l'industrie de la pêche».

Les gens sont responsabilisés par ce programme et ressentent un réel objectif. Nous avons réalisé que les emplois ne suffisent pas. Ce n'est pas donner aux gens des emplois ou de l'argent qui résout les problèmes sociaux. Cela donne aux gens des emplois qui ont une forte fibre éthique et un fort sens du but, de la passion, de la communauté et de l'engagement civique. Le yoga est un endroit merveilleux pour offrir ces opportunités.

YJ: Et maintenant vous développez de nouvelles entreprises et apportez votre modèle à d'autres pays d'Afrique?

PE: Nous croyons vraiment à l'entrepreneuriat social. Nous ouvrirons six entreprises sociales différentes dans les 12 prochains mois, y compris une entreprise de mode de yoga, une entreprise de retraite de yoga, une entreprise pour l'ouverture de nouveaux studios, un programme de yoga pour les besoins spéciaux, des formations en leadership et des programmes de yoga pour enfants. Ces entreprises permettront aux gens de faire une différence significative dans leur propre pays.

Et nous sommes ravis de proposer notre modèle dans d'autres pays d'Afrique. Nous mettons en place une opération de franchise sociale en Ouganda et en Afrique du Sud pour offrir aux gens plus de structure afin de pouvoir reproduire notre modèle. Ensuite, nous pouvons former des personnes dans trois pays au lieu de faire venir tout le monde au Kenya.

YJ: Vous avez récemment été choisi comme boursier Ashoka - qu'est-ce que cela signifie pour AYP?

PE: Les boursiers Ashoka sont généralement des entrepreneurs sociaux, des personnes qui fournissent des idées de changement de système pour résoudre les plus grands problèmes sociaux du monde. J'ai été choisi pour la bourse en 2013. Le lauréat du prix Nobel de la paix le plus récemment annoncé est également un boursier, donc je suis en bonne compagnie. Il y a 3000 boursiers Ashoka dans le monde, mais je suis la seule personne de yoga. Je me sens vraiment béni et reconnaissant de pouvoir intégrer le yoga dans un réseau qui fait une différence si radicale dans le monde. Ce prix permet au yoga de faire partie de la conversation mondiale sur le développement et le changement social.

Voir aussi:  Cours de yoga pour aider les sans-abri

YJ: Avez-vous des conseils à donner à quiconque souhaite faire quelque chose pour changer le monde pour le mieux?

PE: Quand vous dites oui à une opportunité et dirigez avec votre cœur, tout est possible. Nous devons donc continuer à dire oui aux opportunités qui s'offrent à nous de faire une différence pour les autres. C'est ce que j'ai fait et ce que je vois faire des centaines de personnes.

Les gens attendent que le contexte change, mais nous devons changer le contexte. Nous avons hâte que d'autres personnes fassent le changement. C'est à chacun de nous de vivre chaque jour sa meilleure vie.

Recommandé

8 choses dont vous avez besoin pour créer un autel domestique
Meilleurs sweats à capuche zippés pour femmes
4 poses de restauration incontournables - et comment obtenir le meilleur soutien de vos accessoires