Lire les nouveaux mémoires de Yoga Girl

Un jour, John [le patron de Brathen à l'époque au Costa Rica - N.D.E.] M'a dit que la commune accueillait un chaman du cacao à la ferme et qu'il y aurait une cérémonie du chocolat plus tard dans la journée. J'avais entendu parler de cérémonies de chocolat pour la guérison émotionnelle et j'étais intriguée. Un chaman cacao travaille avec des types spéciaux de haricots provenant de régions sacrées d'Amérique du Sud. Un ancien rituel pour préparer le cacao consiste à rôtir et à broyer les haricots, puis à mélanger le chocolat chaud avec du sucre brun ou du sirop d'agave et du poivre de Cayenne dans une grande casserole. Le cacao augmente le flux sanguin vers le cœur et libère le chakra du cœur. Sur le plan émotionnel, cela se traduit par la libération des sentiments refoulés, et le rituel peut être à la fois intense et thérapeutique.

John et moi sommes arrivés à la ferme en début d'après-midi et avons rejoint le groupe sur le patio. Le cercle d'une vingtaine de personnes, dont certains nouveaux visages, s'assit autour du grand pot de cacao bouillonnant. Je n'avais jamais rencontré de chaman auparavant et j'étais intrigué de voir à quoi il ressemblerait. J'ai imaginé un homme indigène, vêtu de perles et de robes. Au lieu de cela, je suis arrivé pour découvrir que le chaman était un homme américain dans la soixantaine, avec des cheveux blancs et une longue barbe blanche. Je me suis assis dans le cercle en me sentant un peu méfiant - à quoi m'étais-je inscrit? De tous les endroits, le chaman s'est assis juste à côté de moi et nous avons fermé les yeux. En regardant dans ses yeux bleus clairs, j'ai senti une secousse électrique zapper dans mon corps. C'était comme s'il cherchait au plus profond de mon âme.

«Intéressant», dit-il. «Nous allons vous faire durer.» Je n'avais aucune idée de ce qu'il voulait dire, mais je sentais des frissons le long de ma colonne vertébrale. Nous avons tous bu le cacao et ma bouche s'est asséchée à cause de son goût amer et épicé. Cela n'avait rien à voir avec le chocolat chaud que je buvais en voyage de ski à la maison! Mes amis de la ferme m'ont dit que cela pouvait prendre un certain temps pour que le cacao «opère sa magie», mais ce ne fut que quelques minutes avant que je me sente plein d'émotion. Comment suis-je arrivé ici? Au milieu de la jungle, avec des gens que je connaissais à peine mais en quelque sorte en confiance? Le cercle était absolument sacré, rempli d'une lueur dorée.

Pour un extrait audio de To Love and Let Go , cliquez ici. 

L'un des participants était un gentil homme nommé Jesse qui vivait à la ferme et était venu à la cérémonie avec sa femme et ses enfants. Jesse était un agent immobilier en ville et un ami de John. Son nom de famille était Angell (sérieusement!). Je me sentais curieusement attiré par sa fille de quatre ans, Grace, qui était assise sur un coussin - les jambes croisées, les yeux fermés, les doigts dans un gyan mudra - en train de méditer. Grace n'essayait pas d'être présente comme les autres. Elle était juste. La voir si intensément présente sans effort a réveillé quelque chose au plus profond de moi. Nous essayions tous simplement de revenir à ce que nous sommes déjà! Nous sommes nés de cette façon, pleins de lumière, émanant de l'amour. Nous le voyons chez les enfants; c'est sans effort. Mais d'une manière ou d'une autre, nous nous perdons en cours de route. J'ai senti une lumière émaner de Grace directement dans mon cœur et, avant de le savoir, j'avais perdu la notion du temps et de l'espace.Mes yeux étaient ouverts mais je respirais si profondément, complètement immergé dans le fonctionnement complexe du moment qui se déroule autour de moi. Je me suis senti un avec le cercle, un avec la terre et le ciel, un avec tout, et cela a duré pour ce qui me semblait une éternité. Ce fut l'expérience spirituelle la plus intense que j'aie jamais eue. Il n'y avait pas de pensée, pas d'ego, juste de la lumière.

Pendant ce temps, le chaman a parcouru le cercle, prenant son temps avec chaque personne, assis avec eux, les guidant plus profondément. Finalement, après de nombreuses heures, j'étais le seul à rester. Se tournant vers moi, il a parlé à haute voix à tout le groupe. «Nous sommes sur le point d'entrer ensemble dans un espace très sacré.» J'entendis clairement sa voix, mais c'était comme si j'étais ailleurs. J'avais l'impression de flotter au-dessus du sol. «Vous êtes sur le point de changer votre vie», m'a-t-il dit. «Tout le monde a un but dans la vie, mais il est très rare que je rencontre quelqu'un et que je connaisse immédiatement le sien. Je l'ai su au moment où je vous ai regardé dans les yeux. Et vous êtes censé le réaliser et le comprendre maintenant aussi. Quand il a dit cela, j'ai commencé à pleurer, mais c'était différent des larmes que j'avais versées dans le passé. Je n'étais pas à bout de souffle ni d'essuyer la morve de mon nez. Des flots de larmes coulaient, non,jaillit de mes yeux, mais je n'avais pas l'impression de pleurer. J'avais l'impression de purger.Ce ne sont pas mes larmes , ai-je pensé. Mais s'ils n'étaient pas à moi, d'où venaient-ils? «Ce sont les larmes de vos ancêtres,» dit le chaman, comme s'il avait entendu mes pensées. «Cette lumière que tu ressens dans ta poitrine? Nous le ressentons tous aussi. Continuez à le développer. Continuez à y respirer. Nous allons maintenant entrer dans votre ascendance. C'est un endroit sombre et vous allez devoir apporter cette lumière avec vous.

J'ai fait ce qu'il a dit et j'ai fermé les yeux. «Debout derrière vous se trouvent vos ancêtres», dit le chaman. «À votre gauche se trouve votre mère. À ta droite se trouve ton père. Derrière eux se trouvaient leurs parents - mes grands-parents - et derrière eux les leurs, et ainsi de suite, disait-il, «créant un triangle infini de générations derrière vous et formant l'intégralité de votre passé et de votre lignée. Comme vous pouvez le sentir, votre ascendance est lourde de douleur. Soudain, j'ai été submergé par l'émotion. Je sentais toujours la lumière émaner de ma poitrine, mais le reste de mon corps devenait lourd de tristesse et de peur. Des visions sont venues devant mes yeux qui ressemblaient à des souvenirs. J'ai tout vu si clairement. Tout comme les larmes que je pleurais n'étaient pas les miennes, les souvenirs que j'ai vus clignoter devant mes yeux n'étaient pas les miens non plus. J'ai vu mon père, enfant, être jeté à travers la pièce par son père dans un accès de rage;fouetté avec une ceinture; abandonné dans un lit d'hôpital stérile. Ma mère était une petite fille avec des ecchymoses sur les bras, toute seule et pleurant sous ses couvertures pendant que ses sœurs dînaient avec ma grand-mère dans une autre pièce. Ma grand-mère étant enfant enfermée dans un sous-sol de terre froide, l'espace si petit qu'elle ne pouvait ni se tenir debout ni s'allonger. Mon grand-père, poursuivi par son père et battu à poing fermé. Les éclairs d'abus remontaient si loin que je ne reconnaissais plus les enfants en eux, mais je ressentais intensément leur peur et leur tristesse. J'ai été témoin d'un comportement abusif transmis de génération en génération. Je sentais tout mon être alourdi de douleur et de tristesse, mais si je continuais à respirer la lumière dans mon cœur comme le chaman me guidait, c'était supportable. Vision après vision passa devant mes yeux, et même si je ne parlais pas,le chaman a pu les aborder tous. Il a vu ce que j'ai vu. Au bout d'un moment, je me suis senti étrangement distant mais intimement lié à ce que je voyais. Une partie de moi l'a compris: tout cela vit en moi. J'étais témoin de la douleur transmise d'une personne à l'autre, et aussi horrible qu'elle soit, c'était ce qu'elle était. Je ne pouvais pas le changer. C'était le passé qu'on m'avait donné, et il m'a été donné pour une raison. En un instant, j'ai eu une révélation massive: aucun membre de ma famille n'avait agi avec cruauté intentionnelle. Ils jouaient ce qu'ils savaient, répétant un schéma qui avait commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.Je me sentais étrangement éloigné de ce que je voyais mais intimement lié. Une partie de moi l'a compris: tout cela vit en moi. J'étais témoin de la douleur transmise de personne à personne, et aussi horrible soit-elle, c'était ce que c'était. Je ne pouvais pas le changer. C'était le passé qu'on m'avait donné, et il m'a été donné pour une raison. En un instant, j'ai eu une révélation massive: aucun des membres de ma famille n'avait agi avec cruauté intentionnelle. Ils jouaient ce qu'ils savaient, répétant un schéma qui avait commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.Je me sentais étrangement éloigné mais intimement lié à ce que je voyais. Une partie de moi l'a compris: tout cela vit en moi. J'étais témoin de la douleur transmise d'une personne à l'autre, et aussi horrible qu'elle soit, c'était ce qu'elle était. Je ne pouvais pas le changer. C'était le passé qu'on m'avait donné, et il m'a été donné pour une raison. En un instant, j'ai eu une révélation massive: aucun membre de ma famille n'avait agi avec cruauté intentionnelle. Ils jouaient ce qu'ils savaient, répétant un schéma qui avait commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.J'étais témoin de la douleur transmise d'une personne à l'autre, et aussi horrible qu'elle soit, c'était ce qu'elle était. Je ne pouvais pas le changer. C'était le passé qu'on m'avait donné, et il m'a été donné pour une raison. En un instant, j'ai eu une révélation massive: aucun membre de ma famille n'avait agi avec cruauté intentionnelle. Ils jouaient ce qu'ils savaient, répétant un schéma qui avait commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.J'étais témoin de la douleur transmise d'une personne à l'autre, et aussi horrible qu'elle soit, c'était ce qu'elle était. Je ne pouvais pas le changer. C'était le passé qu'on m'avait donné, et il m'a été donné pour une raison. En un instant, j'ai eu une révélation massive: aucun membre de ma famille n'avait agi avec cruauté intentionnelle. Ils jouaient ce qu'ils savaient, répétant un schéma qui avait commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.répéter un schéma qui a commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.répéter un schéma qui a commencé bien avant leur propre conscience, des générations avant même leur naissance. Le traumatisme leur a été transmis et, étrangement, ils n'avaient pas d'autre choix. C'était le mieux qu'ils pouvaient faire.

Enfin, je me suis vu comme un enfant et tous les dégâts émotionnels qui m'ont été causés. J'ai vu des aperçus de la dépression de ma mère, de sa tentative de suicide, me laissant seule pour prendre soin de moi. Toute la séparation et le divorce dans notre famille. J'ai vu mon père nous abandonner pour fonder une autre famille. Nous menaçant. Crier après moi. À chaque flash-back, je ressentais la douleur que je portais depuis tant d'années. Avec cela est venu l'idée que j'avais vécu ma vie jusqu'à ce point avec l'idée que mes parents «auraient» dû »faire les choses différemment - comme s'ils avaient pris la décision consciente de provoquer une telle blessure. Une fois que j'ai pu voir et ressentir ce qu'ils ont enduré lorsqu'ils étaient enfants, ma propre enfance a commencé à avoir plus de sens. En un instant, j'ai compris que mes parents m'aimaient de la seule façon dont ils savaient comment. Ils avaient fait de leur mieux avec ce qu'on leur avait donné.Que pourrais-je demander de plus?

Le souffle suivant que j'ai pris était si profond que j'avais l'impression que tout l'univers respirait à travers moi. En expirant, j'ai exhalé une grande partie du ressentiment que j'avais porté pendant la majeure partie de ma vie d'adulte. La douleur était toujours là, mais elle était supportable maintenant. Il restait encore à guérir, mais le poids de ma tristesse était plus léger. Avec cette prise de conscience, j'ai pleuré si fort que j'avais l'impression que le monde pleurait à travers moi. J'avais eu raison plus tôt quand je pensais que mes larmes n'étaient pas les miennes. C'étaient les larmes de toute une lignée, de tous mes ancêtres réunis. J'ai pleuré pour ma mère, pour mon père, qui n'étaient encore que des enfants. J'ai pleuré pour mes grands-parents et pour leurs parents. J'ai pleuré pour chaque enfant qui s'était jamais senti en danger, pour chaque moment de douleur qu'ils avaient enduré. J'ai pleuré pour toute l'humanité jusqu'à ce que, soudain, il ne reste plus de larmes à pleurer.

Quand j'ai rouvert les yeux, il faisait noir dehors. La journée entière était passée et les seules personnes restantes étaient le chaman, mon patron, John et une femme que je ne connaissais pas. Ils me regardaient tous avec des larmes coulant sur leurs joues. Le chaman m'a dit: «C'est le but de votre vie de prendre en charge la douleur accumulée par vos ancêtres, de la porter sur vos épaules et de la transformer en lumière tout au long de votre vie.» Pendant qu'il parlait, j'ai senti une lumière palpable briller de ma poitrine. Si la lumière était une sensation, c'était celle-là. «Tout cela se termine avec vous. Toute cette douleur - ça s'arrête ici. C'est un objectif de vie difficile à avoir, mais vous pouvez le faire. C'est pourquoi vous êtes ici. Cette douleur se termine avec vous. Votre fille sera la première de votre lignée à ne pas l’accepter. » La chair de poule a soudainement recouvert mon corps. "Ma fille?" J'ai demandé. «Oui,» répondit-il. "Ta fille.Spirit a aussi de grands projets pour elle. J'ai souris. Un jour. Une fille. Regardant les autres, il a dit: «Placez vos mains sur Rachel. Elle a besoin de ressentir cette connexion. Ils ont fait ce qu'on leur avait dit, mais je me sentais mal à l'aise. Mes propres mains étaient en feu - je n'avais pas besoin que les gens mettent la main sur moi. J'avais besoin de mettre la main sur quelqu'un d'autre. Je me suis retourné et j'ai posé mes mains sur le dos de John et de la femme. J'avais l'impression que des flammes jaillissaient de mes paumes. John a dit plus tard qu'il avait l'impression d'être soulevé du sol.Je me suis retourné et j'ai posé mes mains sur le dos de John et de la femme. J'avais l'impression que des flammes jaillissaient de mes paumes. John a dit plus tard qu'il avait l'impression d'être soulevé du sol.Je me suis retourné et j'ai posé mes mains sur le dos de John et de la femme. J'avais l'impression que des flammes jaillissaient de mes paumes. John a dit plus tard qu'il avait l'impression d'être soulevé du sol.

Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés assis là, tous les quatre, sur cette terrasse en bois, mais j'ai ressenti le besoin de me reposer, alors j'ai fermé les yeux. Quand je me suis réveillé, j'étais seul. Une pluie tranquille tomba sur le toit de tôle, et une brume monta de l'herbe. La lumière que j'avais sentie émanant de mon corps plus tôt était toujours là, et mon cœur avait l'impression de gonfler hors de ma poitrine. Tout était d'une beauté insupportable. Le silence était d'un autre monde, comme je n'avais jamais vécu. Mais ce n'était pas que le monde était devenu silencieux. C'était mon esprit. Le bavardage incessant avec lequel j'avais vécu, cette petite voix dans le fond de ma tête qui disait: Tu n'es pas assez bien. . . personne ne vous aime. . . c'est pourquoi tout le monde vous abandonne - la voix que je n'ai jamais pu calmer que pendant les moments de méditation intense - cette voix était calme. Le silence venait de l'intérieur.S'agit-il de l'illumination? Je me demandais. Avec cette pensée est venue la réalisation immédiate que ce n'était pas le cas, car si c'était le cas, je ne poserais pas la question. Je n'ai ressenti aucune déception. D'accord, ce n'était pas l'illumination. Mais c'était sacrément proche. 

De To Love and Let Go par Rachel Brathen. Copyright © 2019 par Yoga Girl, LLC. Reproduit avec la permission de Gallery Books, une empreinte de Simon & Schuster Inc.

Recommandé

12 stratégies pour une entreprise de vente au détail de yoga en plein essor
Équilibre du bras dur: Lolasana
Un Q + A avec l'auteur de Yoga Bitch