Ishvara Pranidhana: la pratique de la reddition

Ishvara pranidhana ne concerne pas ce que votre yoga peut faire pour vous, mais aborder votre pratique dans un esprit d'offrande.

Quand j'étais étudiant en Ashtanga à Mysore, j'adorais marcher les plusieurs pâtés de maisons jusqu'au yoga shala (école) de Pattabhi Jois pour la pratique de 4h30 du matin. Dans l'obscurité calme avant l'aube, les rues latérales seraient parsemées de femmes vêtues de sari du quartier agenouillées sur la terre devant leurs maisons dessinant des rangoli , des diagrammes sacrés complexes (également connus sous le nom de yantras) faite en tamisant la farine de riz entre les doigts. Tantôt simples, tantôt élaborées, ces offrandes à Lakshmi, la déesse de la bonne fortune et de la prospérité, étaient toujours vibrantes - et destinées à être effacées dès que les rues se remplissaient de trafic. J'ai été inspiré par le dévouement, la créativité et le manque d'attachement des femmes à leurs belles créations. Comme je suis devenu ami avec certaines des femmes du quartier et qu'elles m'ont appris quelques rangoli simples, j'ai appris que ces offrandes ne sont pas simplement un devoir ou une décoration, mais des méditations créatives qui invoquent une connexion avec le Divin au nom de tout le monde. Comme une mère me l'a dit avec un sourire et un grand signe de la main, "Ces offrandes me rappellent la grande image, ce qui m'aide à m'occuper des petites choses avec amour."

Ces offrandes du matin, comme tant de rituels quotidiens en Inde, incarnent la pratique du yoga d' Ishvara pranidhana —l'offre (pranidhana) à une source supérieure (Ishvara). Ishvara pranidhana est une pratique de yoga «grande image»: elle initie un changement sacré de perspective qui nous aide à nous souvenir, à nous aligner sur et à recevoir la grâce d'être en vie.

Pourtant, pour de nombreux Occidentaux modernes, l'idée de se rendre comme une vertu peut sembler étrange. Beaucoup d'entre nous n'ont fait l'expérience de l'abandon à une source supérieure qu'en dernier recours, lorsque nous avons été confrontés à des problèmes apparemment insurmontables ou que nous avons atteint d'une autre manière la limite de notre volonté et de nos capacités individuelles. Mais dans le Yoga Sutra, Patanjali transforme «l'abandon» de ce genre de réponse d'urgence de dernier recours en une pratique permanente essentielle. Patanjali souligne à plusieurs reprises Ishvara pranidhana comme l'un des cinq niyamas, ou pratiques intérieures, du chemin ashta-anga (à huit membres) (chapitre II, verset 32) et, avec la discipline ( tapas ) et l'auto-étude ( svadhyaya ), dans le cadre du kriya yoga, le triple yoga de l'action (II.1).

Voir aussi  Introduction au Kriya Yoga

Pour Patanjali, Ishvara pranidhana est une méthode puissante pour dissoudre les agitations sans fin de l'esprit, et donc un moyen vers l'état ultime unifié du yoga: samadhi. Pourquoi? Parce qu'Ishvara pranidhana déplace notre perspective de l'obsession du «je» - avec nos préoccupations et notre perspective individuelles étroites - cela cause une grande distraction de l'esprit et crée un sentiment de séparation de notre source. Puisque Ishvara pranidhana ne se concentre pas sur l'ego mais sur le terrain sacré de l'être, il nous réunit avec notre vrai Soi. Comme le déclare le maître de yoga indien BKS Iyengar dans sa Lumière sur les Yoga Sutras, "Par l'abandon, l'ego de l'aspirant s'efface et ... la grâce ... se déverse sur lui comme une pluie torrentielle." Comme la descente à travers des couches de tension pour se reposer dans la libération de Savasana (posture du cadavre), Ishvara pranidhana fournit un chemin à travers les obstacles de notre ego vers notre nature divine - grâce, paix, amour inconditionnel, clarté et liberté.

trouver votre connexion avec l'univers

Pour pratiquer Ishvara pranidhana, nous devons d'abord commencer par notre propre connexion intime avec l'univers. En yoga, cela s'appelle votre Ishta-Devata . Le concept yogique d'Ishta-Devata reconnaît que nous avons chacun notre propre relation personnelle et notre goût du Divin et que cela nous sert de moyen puissant de yoga (unification). Traditionnellement, de nombreux sadhus(Les moines) en Inde ont vénéré le dieu Shiva dans son rôle de yogi archétypal. De nombreux autres Indiens vénèrent Vishnu, en particulier dans ses incarnations en tant que Rama ou Krishna. D'autres encore sont attirés par les manifestations féminines de la divinité, comme Lakshmi ou Kali ou Durga. Mais Sri T. Krishnamacharya, probablement la figure la plus influente dans la diffusion du yoga en Occident, a préconisé que les pratiquants de yoga occidentaux utilisent leur propre langage, leurs images et les noms du sacré pour approfondir leur lien avec Ishvara.

J'ai toujours été naturellement attirée par la culture indienne, mais je suis sûr que j'ai aussi été influencée par le dévouement de ma grand-mère catholique à Mère Marie. Quand j'étais enfant, je trouvais souvent ma grand-mère ravie en prière, récitant son chapelet allongée sur son lit sous une photo de la sainte Mère. Votre Ishta-Devata peut également prendre une forme plus abstraite; mon père, un artiste, décrit la lumière comme sa manière de voir le Divin dans la nature, dans les yeux des gens, dans l'art. Dans le yoga, Ishvara est compris comme étant au-delà d'une forme mais exprimée à travers toutes les formes, et est donc souvent représenté comme la syllabe sacrée Om, comme une vibration pure. Votre Ishta-Devata est la forme que prend la vibration dans votre propre cœur.

Dans le Yoga Sutra, Patanjali se réfère à cette présence intérieure d'Ishvara comme notre principal enseignant (I.26). Grâce à l'écoute intime de cette voix en nous, nous commençons à avoir une relation avec une direction intérieure dans tous les aspects de notre vie. Quand je pense à mes professeurs les plus importants, y compris mes parents, je vois qu'ils étaient là non seulement pour les grandes leçons mais aussi de mille et une façons, me montrant constamment quand j'étais sur la cible ou commençais à m'éloigner du chemin, ouvrant mon être à de nouvelles perspectives et me rappelant quand je me fermais à la vie. Mon expérience de mon professeur intérieur est similaire: à mesure que mon harmonisation avec ce sens intérieur de la direction grandit, elle guide de plus en plus mes pensées, mes paroles et mes actions.

Faire des offrandes

Si Ishvara est la boussole intérieure, le pranidhana se souvient de rester connecté à cette essence non seulement occasionnellement mais tout au long de la journée. Ishvara pranidhana est également traduit par «offrir les fruits de ses actions au Divin». Alors que nous réfléchissons à la manière de faire d'Ishvara pranidhana une partie vivante de notre yoga, il est utile de se tourner vers l'Inde, où l'acte d'offrir imprègne la culture. J'ai trouvé que vivre là-bas, même avec tous ses défis, m'a vraiment aidé à comprendre comment Ishvara pranidhana peut être intégré dans la vie quotidienne.

Partout en Inde, les images du Divin sont partout, et les gens de tous âges font continuellement des offrandes de fruits, d'encens et de gestes, depuis Anjali Mudra (mains jointes au cœur) jusqu'aux prosternations de tout le corps. À l'étal de fruits local, le marchand offre l'argent de sa première vente à l'autel sur sa charrette; votre conducteur de pousse-pousse touche les pieds d'une image de Krishna avant de zoomer; une mère du quartier place la première cuillerée du repas devant son sanctuaire de cuisine. Alors que le maître de l'Ashtanga Vinyasa Sri K. Pattabhi Jois entre dans la salle de yoga, son front montre toujours les marques de son tilak , le signe qu'il a fait sa puja du matin(offre). Toutes ces pratiques cultivent un lien sous-jacent avec la Source; «Moi, moi, moi» commence à passer à l'arrière-plan, et la vie spirituelle se déplace de plus en plus au centre.

Commencer à pratiquer Ishvara Pranidhana

Pour les Américains, qui grandissent rarement avec une vie rituelle aussi constante, l'établissement d'Ishvara pranidhana peut nécessiter une attention supplémentaire et une écoute interne, tout comme le processus d'apprendre à prendre des respirations longues, lentes et constantes dans les asanas. Comme respirer plus profondément, Ishvara pranidhana ne devrait pas se sentir étrange ou inconfortable. La pratique n'est vraiment étrangère à personne, même si elle peut sembler un peu inconnue des Occidentaux. N'importe qui, quelle que soit son orientation spirituelle, peut pratiquer Ishvara pranidhana, et toute action peut être améliorée par cette pratique. Il n'y a pas d'état intérieur, d'émotion ou d'obstacle qui soit au-delà de l'influence positive d'Ishvara pranidhana. Rappelez-vous si vous êtes un bhakti naturel Yogi (dévotionnel) ou un sceptique complet, que vous entrepreniez un acte simple comme préparer un repas ou une tâche difficile comme une conversation difficile, que votre état d'esprit soit joyeux ou confus, tout le mandala de la vie est le royaume d'Ishvara pranidhana .

Voir aussi  Le chemin de la dévotion: le Bhakti Yoga

Parce que la portée d'Ishvara pranidhana est si vaste, les pratiquants de yoga occidentaux accueillent souvent quelques conseils pratiques pour les aider à démarrer. Voici quelques arènes dans lesquelles j'ai trouvé qu'Ishvara pranidhana était particulièrement utile: au début de toute action, comme moyen de changer de perspective face à des difficultés, et comme méthode pour vivre pleinement les actes simples de la vie. Le tapis de yoga ou coussin de méditation est un merveilleux «espace sûr», un «parcours fermé», sur lequel vous pouvez tester l'Ishvara pranidhana. Comme pour toute action dans le monde, la façon dont vous commencez votre pratique peut faire une énorme différence dans la façon dont votre yoga se déroule. L'écoute intérieure, la définition de votre intention, le chant et la visualisation sont tous des moyens formels d'initier Ishvara pranidhana. Je commence souvent ma pratique allongé sur mon ventre en pleine prostration,visualiser les pieds de lotus de la Déesse, mon Ishta-Devata, devant moi. Je respire et vide le résidu de la journée et constate que je suis bientôt rempli d'un sens intuitif de la direction, de l'inspiration et de la clarté que je ressens comme une boussole intérieure, un enseignant dont la présence s'approfondit tout au long de la pratique. Surya namaskar (Salutation au soleil) peut également être une méthode d'Ishvara pranidhana; dans ses origines, c'était une prière émouvante dans laquelle chaque respiration offrait l'énergie du yogi au soleil.Surya namaskar (Salutation au soleil) peut également être une méthode d'Ishvara pranidhana; dans ses origines, c'était une prière émouvante dans laquelle chaque respiration offrait l'énergie du yogi au soleil.Surya namaskar (Salutation au soleil) peut également être une méthode d'Ishvara pranidhana; dans ses origines, c'était une prière émouvante dans laquelle chaque respiration offrait l'énergie du yogi au soleil.

En pratiquant l'asana, vous pouvez commencer à traiter les poses de yoga difficiles comme des microcosmes des difficultés de la vie, et donc de grandes opportunités pour pratiquer l'art de l'offre. Dans ma propre pratique, je deviens de plus en plus capable de reconnaître la tension comme un signal; tenir et saisir sont des signes que ma connexion avec Ishvara pranidhana diminue. Alors que j'offre ma tension à la Source, me vidant et m'abandonnant à nouveau, je ressens très souvent un regain de force ou un approfondissement de ma respiration et de ma flexibilité. Plus important encore, je vis un changement de mon petit monde intérieur surpeuplé à une grande image d'être en vie. Ensuite, comme pour les offrandes de farine de riz des femmes Mysore, la grâce du processus reste même lorsque la pose s'est dissoute.

Parce qu'Ishvara pranidhana relie chaque action à sa source sacrée, on dit que Krishnamacharya l'a décrite comme la pratique de yoga la plus importante pour le Kali Yuga dans lequel nous vivons, un «âge du fer» dans lequel toute l'humanité est tombée en disgrâce. Tout comme l'engagement bouddhiste à apporter la conscience à chaque action s'appelle la pratique de la pleine conscience, Ishvara pranidhana pourrait être appelée pratique de la «pleine conscience»; il éveille notre dévotion constante à la Source de la vie et garde nos cœurs ouverts au Divin à chaque instant, quoi qu'il arrive.

Voir aussi  Incorporer Ishvara Pranidhana dans votre pratique du yoga

Recommandé

10 poses de Yin Yoga pour plus de clarté cet automne
Pose de la semaine: Fente en croissant
6 poses de pointe qui changent de perspective pour la nouvelle année