Ayurveda et Asana: des poses de yoga pour votre santé

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines poses de yoga semblent vous laisser calme, centré et équilibré, tandis que d'autres vous rendent agité, endolori et décentré? Ou pourquoi votre meilleur ami s'épanouit dans un entraînement stimulant "Power Yoga", alors que vous faites mieux avec un régime d'étirements lents, doux et?

L'ancien système de guérison indien connu sous le nom d'Ayurveda peut vous aider à répondre à ces questions. Selon l'Ayurveda, différentes personnes nécessitent des pratiques de yoga très différentes. En tant que professeur de yoga et médecin pratiquant la médecine ayurvédique, j'ai expérimenté de première main comment l'Ayurveda - en plus des conseils diététiques et de style de vie pour lesquels elle est surtout connue - peut éclairer la pratique du yoga.

Prenons le cas de la femme de 31 ans qui est venue me voir en se plaignant de nervosité et de cervicalgie chronique. Elle pratiquait le yoga depuis six ans et ne comprenait toujours pas pourquoi elle éprouvait encore ces difficultés.

Notre travail avec l'Ayurveda a aidé cette femme à comprendre comment les asanas qu'elle pratiquait avaient aggravé les énergies subtiles de son corps. Elle a également appris de nouvelles asanas qui étaient plus en harmonie avec son équilibre énergétique unique. Grâce à ces nouvelles connaissances, elle a pu modifier sa pratique et éliminer ses douleurs au cou et sa nervosité, apportant un plus grand bien-être à son corps et à son esprit.

Symptômes soeur

Le yoga et l'Ayurveda sont deux chemins entrelacés dans une relation si étroite qu'il est difficile d'imaginer parcourir l'un de ces chemins sans connaître l'autre. L'Ayurveda, qui signifie «connaissance de la vie», est l'art et la science anciens de garder le corps et l'esprit équilibrés et sains. Le yoga est l'art et la science anciens de préparer le corps et l'esprit à la libération et à l'illumination de l'âme.

Comme le hatha yoga, l'Ayurveda enseigne comment garder le corps physique en bonne santé et comment cette santé est liée à notre cheminement spirituel. Le yoga et l'Ayurveda proviennent des anciens textes sanskrits appelés les Vedas . Selon l'érudit védique David Frawley, «le yoga est le côté pratique des enseignements védiques, tandis que l'Ayurveda est le côté curatif». En pratique, les deux chemins se chevauchent.

En fait, l'Ayurveda et le yoga sont si étroitement liés que certaines personnes affirment que Patanjali, le premier codificateur du yoga, et Caraka, le premier codificateur de l'Ayurveda, étaient peut-être en fait une seule et même personne. Philosophiquement, le yoga et l'Ayurveda sont enracinés dans Samkhya, l'une des six écoles de pensée classique indienne. Le fondement de cette philosophie peut être décrit comme suit:

1. Il existe un état fondamental de l'être pur qui dépasse la compréhension intellectuelle et pour lequel toute vie s'efforce consciemment. C'est l'état d'illumination ou d'auto-libération.

2. La souffrance fait partie de nos vies à cause de notre attachement à notre ego ou à notre identité ( ahamkara ).

3. Le chemin vers la fin de la souffrance est le chemin de la dissolution ou du dépassement de l'ego. Ce faisant, toute peur, colère et attachement sont éradiqués.

4. Pour atteindre cet objectif, nous devons mener une vie purement éthique. (Les directives éthiques sont répertoriées comme les yamas et niyamas dans le Yoga Sutra de Patanjali.)

5. Toute perturbation dans l'esprit ou le corps interfère avec ce chemin. L'Ayurveda est la science qui consiste à maintenir l'équilibre des forces biologiques afin que l'esprit et le corps soient en bonne santé.

Fondamentaux de l'Ayurveda

Selon l'Ayurveda, la force de vie universelle se manifeste sous la forme de trois énergies différentes, ou doshas, appelées vata, pitta et kapha . Nous sommes tous constitués d'une combinaison unique de ces trois forces. Cette combinaison unique, déterminée au moment de la conception, est notre constitution, ou prakruti . Les trois doshas fluctuent constamment en fonction de notre environnement, qui comprend notre alimentation, les saisons, le climat, notre âge et bien d'autres facteurs. L'état actuel de ces trois doshas définit le plus souvent notre déséquilibre, ou vikruti. Puisque nous avons tous une constitution unique et des déséquilibres uniques, le chemin de chaque personne vers la santé sera unique. De plus, ce qui gardera chacun de nous en bonne santé est également unique. Comprendre nos prakruti et vikruti offre à chacun de nous la possibilité de faire les bons choix.

Les trois doshas sont généralement décrits en termes de cinq éléments: la terre, l'air, le feu, l'eau et l'éther (l'énergie subtile qui relie toutes choses). On dit que Vata est composé d'air et d'éther. Comparé au vent, il est dit léger, séchant, rafraîchissant et capable de bouger. On dit que Pitta est composé de feu et d'eau. Considéré comme principalement du feu, il est chaud, léger et ni trop sec ni trop humide; il ne bouge pas tout seul, mais il peut être facilement déplacé par le vent (vata). On dit que Kapha est composé d'eau et de terre, qui se combinent comme de la boue. Kapha est lourd, humide, frais et stable.

Les trois doshas fluctuent constamment. Lorsqu'ils se déséquilibrent, ils affectent des zones particulières de notre corps de manière caractéristique. Lorsque le vata est déséquilibré - généralement en excès - nous sommes sujets aux maladies du gros intestin, comme la constipation et les gaz, ainsi que des maladies du système nerveux, du système immunitaire et des articulations. Lorsque le pitta est en excès, nous sommes sujets aux maladies de l'intestin grêle, comme la diarrhée, ainsi qu'aux maladies du foie, de la rate, de la thyroïde, du sang, de la peau et des yeux. Lorsque le kapha est en excès, nous sommes sujets à des maladies de l'estomac et des poumons, notamment des affections muqueuses, ainsi que des maladies du métabolisme de l'eau, telles que le gonflement.

Lorsque vous travaillez avec les doshas, ​​rappelez-vous ces principes de base: Comme augmente comme, et les opposés s'équilibrent. En d'autres termes, les aliments, la météo et les situations qui ont des caractéristiques similaires à celles des doshas les augmenteront; ceux qui ont des caractéristiques opposées les diminueront. Sachant cela, vous pouvez ajuster votre pratique du yoga, votre alimentation et d'autres facteurs environnementaux pour affecter ces forces de manière à créer un meilleur équilibre et une plus grande harmonie. (Par exemple, les types de vata - qui sont secs, légers et aérés - devraient éviter les aliments de qualités similaires, comme le pop-corn, et consommer des aliments de qualités opposées, comme le lait chaud).

Les trois Gunas

Un autre principe ayurvédique fondamental est l'idée des trois gunas, ou qualités de la nature. Les trois gunas - sattva, rajas et tamas - sont utilisés pour décrire les caractéristiques émotionnelles et spirituelles.

Ce qui est sattvique est léger, clair et stable. Sattva est l'état d'être qui vient de la pureté de l'esprit et conduit à une prise de conscience de notre connexion à Dieu, un état dans lequel nous manifestons nos qualités les plus vertueuses.

Ce qui est radjasique est actif, agité ou turbulent. Rajas survient lorsque nous sommes distraits de notre essence la plus vraie et manifeste des émotions telles que la peur, l'inquiétude, la colère, la jalousie, l'attachement et la dépression.

Ce qui est tamasique est lourd, terne, sombre et inerte. Les actions tamasiques incluent un comportement violent ou vindicatif, ainsi que des comportements autodestructeurs tels que la dépendance, la dépression et le suicide.

Tout mouvement ou activité est par nature rajasique (agitation) et chauffant le corps. Pourtant, certains mouvements sont plus agités et d'autres moins. D'une manière générale, plus le mouvement est lent, moins radjasique et moins agité pour le corps et l'esprit. Plus le mouvement est rapide, plus il sera rajasique et chauffant.

Tout mouvement pratiqué avec une grande conscience devient plus sattvique. Les mouvements effectués avec distraction ou moins d'attention sont plus radjasiques. Ainsi, une façon d'améliorer notre expérience du yoga est de pratiquer lentement et avec conscience.

Aucun mouvement ne peut être purement sattvique. La nature inhérente du mouvement est rajasique, car le rajas est le principal de l'énergie et le mouvement nécessite de l'énergie. Par conséquent, nos qualités sattviques sont le plus nourries dans la méditation et dans l'immobilité de la pose, où nous pouvons trouver une conscience pure.

La nature rajasique du mouvement ne le rend pas nécessairement mauvais pour nous. Rajas sert le but utile de stimuler notre corps et notre esprit. Nous ne pourrions pas fonctionner dans notre monde sans qu'une partie de nous soit radjasique.

Quelle sorte de yoga vous convient le mieux?

Pour déterminer le type de pratique du yoga qui vous convient, le facteur le plus important est votre vikruti, ou déséquilibre. Votre vikruti est, en fait, le déterminant le plus important de tout votre régime. Une fois que vous avez corrigé votre déséquilibre, vous pouvez rester en bonne santé en choisissant une pratique de yoga qui équilibre votre constitution, ou prakruti. (Il est parfois difficile pour le profane de faire la distinction entre les caractéristiques innées ou constitutionnelles et celles qui résultent d'un déséquilibre. Pour de meilleurs résultats, consultez un médecin ayurvédique qualifié.)

Les personnes de constitution ou de déséquilibre vata sont plus soutenues par une pratique de yoga apaisante, apaisante et pourtant réchauffante. Les personnes de nature pitta ou de déséquilibre sont plus soutenues par une pratique de yoga apaisante, apaisante et rafraîchissante. Et les personnes de nature kapha ou de déséquilibre sont plus soutenues par une pratique de yoga stimulante et réchauffante. Chaque individu a des besoins différents. Pratiquer d'une manière qui ne vous soutient pas, c'est inviter un plus grand déséquilibre.

Asanas pour Vata

Les asanas qui conviennent le mieux pour équilibrer les vata sont celles qui sont apaisantes et ancrées par nature. Ils contreront la tendance de ceux qui ont un déséquilibre vata à être «spatiaux», agités ou nerveux. Ces asanas aideront à apaiser la peur, l'inquiétude et l'anxiété et amélioreront également les déséquilibres physiques vata tels que la constipation, les douleurs lombaires et les douleurs articulaires. Le bas-ventre, le bassin et le gros intestin sont la résidence principale du vata dans le corps, de sorte que beaucoup de ces asanas compriment le bas-ventre ou provoquent une tension du bas-ventre. De plus, les asanas qui renforcent le bas du dos aident à atténuer le vata.

En général, la plupart des asanas de yoga sont bonnes pour équilibrer le vata, car la plupart des asanas sont apaisantes pour l'esprit. Il y en a, cependant, qui sont particulièrement bons et d'autres qui devraient certainement être évités.

Uttanasana (courbure vers l'avant debout) is an exceptional asana for vatas. Stand with your feet about shoulder-width apart. The arms may be raised over the head as you reach to the sky, or you may wish to bend the elbows, clasping the opposing arms just above the elbow and letting your forearms rest on or just above the crown of your head. Keeping your back straight, slowly bend forward from the hips as you exhale. Bend as far forward as you comfortably can. Your hands may remain crossed, touch the floor in front of your feet, or, if you are very flexible, be clasped just behind your heels. For the less flexible, the hands may be placed on blocks which rest on the floor. Let gravity assist the lengthening of your spine. All standing asanas tend to be grounding if awareness is placed on the feet, honoring the connection between your body and the Earth.

Notez que cet asana peut exercer une pression considérable sur un bas du dos blessé, il faut donc faire attention. Si le bas du dos est simplement serré, une condition liée au vata aggravé, c'est un excellent asana. La version assise de cet asana, Paschimottanasana (Seated Forward Bend) , aura une valeur similaire et peut être plus facile si vous avez mal au dos.

Balasana (Child's Pose) est un autre excellent asana pour comprimer le bassin et la région du vata. Asseyez-vous droit avec vos genoux fléchis et placés sous vos fesses. En gardant vos bras à vos côtés, penchez-vous en avant à partir des hanches jusqu'à ce que votre tête repose sur le sol devant vous. Si vous n'avez pas la flexibilité de placer votre tête sur le sol, placez une couverture pliée ou un oreiller sur le sol devant vous pour que votre tête repose. Les asanas de compression sont excellents pour la constipation et les gaz chroniques.

Supta Virasana (Reclining Hero Pose) est un autre bon asana pour vata. Agenouillez-vous avec vos genoux ensemble et vos fesses reposant sur vos talons. Déplacez les jambes sur le côté du bassin pour que les fesses glissent entre les deux jambes. Placez les mains sur la plante des pieds et penchez-vous en arrière sur les coudes. Cela peut être une extension suffisante pour de nombreuses personnes. Si vous êtes suffisamment flexible, abaissez progressivement votre dos au sol. Vos mains peuvent se trouver à vos côtés ou être étirées au-dessus de la tête pour allonger la colonne vertébrale.

Bien que cet étirement ne comprime pas le bassin, il crée une légère extension des muscles abdominaux inférieurs et du bas du dos. Cette action augmente la pression dans le bassin, soulageant à nouveau le vata. Selon le médecin ayurvédique Vasant Lad, cet asana est particulièrement utile dans le cadre du traitement des états d'asthme de type vata.

Dhanurasana (Bow Pose) étend également le bas du dos et exerce une pression sur le bassin. Allongez-vous sur le ventre avec vos bras à vos côtés. Soulevez la tête, les épaules et la poitrine du tapis et pliez les deux genoux. Revenez en arrière et attrapez les chevilles. Laissez vos jambes tirer votre poitrine plus loin dans les airs afin que votre poids corporel repose sur la région pelvienne. Ceci est essentiel pour un soulagement maximal du vata.

Virasana (Hero Pose), Siddhasana (Easy Pose) et Padmasana (Lotus Pose) sont des poses très apaisantes qui calment la nature agitée de vata. Ces poses méditatives sont excellentes pour calmer le système nerveux, ce qui aide à guérir l'anxiété, la nervosité, la sciatique et les spasmes musculaires. La pose la plus apaisante de toutes est, bien sûr, la Savasana en décubitus dorsal (Corpse Pose).

Les personnes de nature vata devraient éviter les asanas qui stimulent trop le système nerveux, comme les salutations répétitives au soleil, et celles qui exercent une pression excessive sur les articulations sensibles du corps. La jonction cervicothoracique - la région osseuse où le cou rencontre les épaules - est l'une de ces zones. Ici, de grandes vertèbres dépassent comme des «pouces endoloris». Les personnes de nature vata et de déséquilibre ont tendance à avoir des os plus faibles, moins de rembourrage graisseux, des ligaments plus lâches et plus sensibles à la douleur. Pour ces raisons, Salamba Sarvangasana (béquille) et Halasana (pose de la charrue)doit être évité ou modifié en plaçant une couverture sous les épaules pour un rembourrage supplémentaire. Cela diminue également la flexion extrême dans laquelle le cou est placé. Même ainsi, les personnes de nature vata ou de déséquilibre ne devraient pas tenir ces poses très longtemps, sinon elles risqueraient de se blesser.

Asanas pour Pitta

Les meilleures asanas pour pitta sont celles qui sont apaisantes et qui ne chauffent pas trop. Les personnes de nature pitta ou de déséquilibre ont tendance à être plus affirmées et plus intenses. Les poses apaisantes aident à calmer leur intensité et à atténuer les émotions de colère et de ressentiment auxquelles elles sont sujettes. En atténuant le pitta, ces asanas font partie du traitement de maladies telles que les ulcères et l'hyperacidité, les maladies du foie et l'acné.

Les asanas qui aident à équilibrer le pitta sont ceux qui exercent une pression sur la région du plexus naval et solaire, dans l'intestin grêle où réside le pitta. Ces asanas affectent directement le foie et la rate et aident à réguler la force du feu digestif.

Ustrasana (Camel Pose) est très bénéfique pour les pittas. Agenouillez-vous avec les fesses levées comme si vous étiez debout sur vos genoux. Placez vos paumes sur vos fesses. Déplacez vos cuisses et votre bassin vers l'avant tout en étendant le bas du dos, en amenant vos mains à vos talons. Tendez doucement votre cou. Souvient toi de respirer. Cet asana ouvre l'abdomen, le plexus solaire et la poitrine, permettant un mouvement d'énergie plus libre à travers ces régions.

Bhujangasana (Cobra Pose) et Dhanurasana (Bow Pose) sont également d'excellentes poses d'extension du plexus solaire pour pitta. Ces asanas peuvent jouer un rôle dans le traitement des ulcères et des hépatites.

Pour exécuter Cobra Pose, allongez-vous face contre terre, les pieds joints et les chevilles étendues. Pliez les coudes et placez vos mains à plat sur le sol près de vos côtes inférieures. (Les personnes moins flexibles peuvent choisir de placer les paumes sur le sol au niveau des épaules.) Lors de l'inhalation, étirez les coudes et soulevez la tête, la poitrine et l'abdomen du sol tout en gardant les os pelviens sur le sol. La tête peut être maintenue en position neutre ou en extension.

Le poirier doit être évité pour les personnes ayant un déséquilibre ou une constitution pitta. Les supports de tête chauffent le corps et une grande partie de cette chaleur s'accumule dans la tête et les yeux. Les yeux sont un organe contrôlé principalement par pitta. Pour cette raison, les headstands peuvent aider à provoquer ou à aggraver des maladies des yeux. Si une personne de constitution pitta sans déséquilibre grave choisit de faire des headstands, alors le headstand doit être tenu pendant une très courte période.

Asanas pour Kapha

Pour équilibrer la nature lourde, lente, froide et sédative du kapha, pratiquez des asanas qui sont plus stimulants et chauffants. Les asanas qui conviennent le mieux aux individus de nature kapha ou de déséquilibre sont ceux qui ouvrent la poitrine. L'estomac et la poitrine sont les zones où s'accumule le kapha. Dans la poitrine, le kapha prend la forme de mucus. Ces asanas sont excellents pour la prévention et le traitement des affections congestives comme la bronchite et la pneumonie ainsi que les conditions constrictives telles que l'asthme et l'emphysème.

Ustrasana (Camel Pose) et Setu Bandha (Bridge Pose) sont des asanas utiles pour les kaphas. Pour exécuter Setu Bandha, allongez-vous à plat sur le dos, les bras sur les côtés, les paumes tournées vers le sol. En utilisant vos coudes et vos avant-bras, soulevez votre bassin du tapis tout en gardant vos épaules et vos pieds au sol. Essayez de rester sur le dessus de vos épaules et augmentez la hauteur du bassin en s'étendant uniformément sur les deux jambes.

Comme alternative douce à cette posture, allongez-vous sur le dos en extension sur un traversin et un oreiller. Ces deux variantes font un excellent travail d'ouverture de la poitrine, permettant une plus grande circulation d'énergie à travers cette région. Ces asanas affectent également le flux d'énergie à travers le chakra du cœur, aidant au développement de la compassion et de l'amour inconditionnel.

Pour ceux de nature kapha et de déséquilibre, l'effet calmant et sédatif de la plupart des asanas doit être équilibré par d'autres asanas qui sont plus stimulants et chauffants. Les personnes de nature kapha sont les mieux adaptées pour gérer les poses de renforcement, car leurs articulations et leurs muscles ont tendance à être forts et stables. L'augmentation de la flexibilité est extrêmement importante pour ceux qui sont de nature kapha, car les kaphas ont tendance à devenir trop rigides ou rigides.

Suryanamaskar (salutation au soleil) est un très bon exercice aérobie pour le kapha et aide au traitement de l'obésité et de la dépression, deux conditions courantes du kapha. La salutation au soleil est l'asana idéal pour le kapha, car elle est très active, crée de la chaleur et ouvre la poitrine.

Il y a 12 parties à cette séquence de poses. Commencez par vous tenir droit, les pieds se touchant. Pliez les coudes et rapprochez les paumes au milieu de la poitrine. Soulevez les bras au-dessus de la tête et étendez-vous légèrement en arrière. Penchez-vous en avant dans Uttanasana et amenez les mains au sol, en pliant les genoux si vous avez besoin de protéger votre dos. À partir de cette position, faites une fente vers l'arrière avec la jambe droite en pliant le genou gauche. Le genou de la jambe droite peut reposer sur le sol. Le pied de la jambe gauche doit être entre les deux mains.

Ramenez la jambe gauche vers l'arrière et placez-la par la jambe droite pendant que vous soulevez vos fesses en l'air et entrez dans Adho Mukha Svanasana (chien orienté vers le bas). Laissez les coudes venir au sol et faites glisser votre corps vers l'avant dans Bhujangasana (Cobra Pose). Appuyez ensuite de nouveau sur le chien orienté vers le bas. Ensuite, lancez la jambe droite vers l'avant en ramenant votre bassin au sol. Le pied droit est placé entre les mains et le genou est plié, maintenu près de la poitrine. Avancez le pied gauche en revenant à Uttanasana. Mettez-vous en position debout et relevez les bras au-dessus de la tête, en étendant le dos et le cou. Pour terminer le cycle, ramenez les mains sur la poitrine, paumes jointes.

Les personnes de toutes les constitutions peuvent bénéficier des salutations au soleil pendant la période de la journée qui est dominée par l'énergie kapha (6 h 00 à 10 h 00 et 00 h 00), à condition qu'il n'y ait pas de déséquilibre grave en pitta ou vata. Les personnes de nature kapha devraient faire de nombreuses répétitions et les exécuter très rapidement. Alors qu'en général les personnes de nature vata devraient éviter cet asana, le faire très lentement et avec une grande conscience diminuera ses tendances à l'aggravation du vata. Les types Pitta devraient faire des répétitions limitées, car cette série est très échauffante.

Peu d'asanas sont nocifs pour le kapha, car les kaphas bénéficient de toutes les formes d'étirement et de mouvement. Les poumons et les reins sont cependant deux zones faibles du corps pour les individus kapha. Les asanas qui exercent une pression excessive sur le bas de l'abdomen, comme le Dhanurasana (Bow Pose), peuvent aggraver les reins s'ils sont maintenus trop longtemps.

Autres facteurs

À certains égards, la prescription que je viens de donner est trop simpliste. En développant une pratique de yoga saine, vous devez tenir compte non seulement de votre constitution et de votre déséquilibre, mais également de votre âge, de la saison et de l'heure de la journée où vous pratiquez.

À différents moments de notre vie, différents doshas jouent un rôle plus important. Cela fait partie de la fluctuation naturelle de ces forces. De la naissance à la puberté, notre corps et notre esprit sont plus affectés par le kapha. De la puberté jusqu'à nos années de retraite, l'influence de la pitta augmente. Les dernières années, après la retraite, sont les plus dominées par le vata.

Au cours de chacune de ces périodes, nous devons être attentifs à l'effet de notre âge sur nous et modifier notre pratique en conséquence. Lorsque nous sommes très jeunes, notre corps peut mieux tolérer les styles de yoga plus aérobies. En vieillissant, nous devons pratiquer des asanas plus apaisantes.

Les saisons affectent également une pratique saine. La saison d'humidité froide augmente le kapha. La saison du temps chaud augmente le pitta. La saison de sécheresse fraîche augmente le vata, tout comme la saison des vents. (Dans différentes parties du pays, celles-ci ont lieu à des moments différents, il peut donc être trompeur de leur attribuer des noms de saisons traditionnelles.) Pendant la saison du kapha, une pratique plus stimulante et réchauffante est meilleure. Dans la saison pitta, une pratique qui refroidit est préférable. Pendant la saison du vata, une pratique apaisante favorise une meilleure santé.

Enfin, l'heure de la journée où nous pratiquons affectera l'équilibre des doshas. Kapha augmente naturellement entre 6h00 et 10h00 et l'heure, lorsque nous avançons lentement. Pitta augmente naturellement entre 10 h 00 et 2 h 00 et 00 h 00, lorsque le feu digestif est à son comble et, le jour, le soleil est à son maximum. Vata augmente naturellement entre 2 h 00 et 6 h 00 et 00 h 00, pendant la transition entre la nuit et le jour.

La plupart des gens pratiquent le yoga tôt le matin, lorsque le monde est calme. Avant 6h00, pendant le temps de vata, une pratique très calme et douce est recommandée. Après 6h00, pendant le temps du kapha, une pratique plus stimulante est appropriée. N'oubliez pas, cependant, que lorsque vous concevez une pratique de yoga pour vous-même, votre vikruti global, ou déséquilibre, est plus important que l'influence de la saison, de votre âge ou de l'heure de la journée. Ceux-ci doivent être considérés comme les facteurs qui modifient votre pratique, mais pas comme les facteurs qui la créent. Lorsque vous êtes en équilibre presque parfait, vous pouvez créer un programme basé presque entièrement sur votre constitution, les saisons et l'heure de la journée.

Dans l'Ayurveda, équilibrer les effets des doshas n'est que la moitié de la formule pour créer santé et bien-être. L'autre moitié est de développer un style de vie plus sattvique et d'apprendre à exprimer notre nature sattvique: cet aspect de nous-mêmes qui, à travers une prise de conscience de notre connexion à l'Esprit, nous permet d'exprimer nos qualités les plus élevées ou les plus vertueuses.

Le yoga, pratiqué en harmonie avec la nature unique de chaque personne, fait partie du chemin ayurvédique vers l'équilibre des doshas et l'amélioration du sattva. Grâce à ce chemin, chacun de nous peut atteindre son plein potentiel.

Marc Halpern est le fondateur et directeur du California College of Ayurveda à Grass Valley, en Californie.

Recommandé

Pose de yoga incontournable: chien orienté vers le bas
Les cinq états d'esprit
Entrez dans le courant: l'état méditatif naturel de votre esprit