Le son d'Om

Les mantras, chants sacrés, sont de toutes formes et tailles. Ils peuvent être composés de phrases, de mots simples ou même de syllabes uniques; ils peuvent être parfaitement intelligibles ou complètement mystifiants (du moins pour les non-initiés).

Les mantras à une syllabe, connus sous le nom de mantras bija (graine), sont les plus faciles à retenir et à réciter; ils sont aussi les plus puissants. On pense que, tout comme une minuscule graine contient un arbre majestueux, chaque bija contient de grandes quantités de sagesse spirituelle et de force créatrice. L'une des plus anciennes et des plus connues de ces graines est om.

Om est fréquemment appelé le pranava, littéralement «fredonner», un mot qui dérive du pranu, «pour résonner », et finalement de la racine nu, «pour louer ou commander» mais aussi «pour sonner ou crier». C'est l'expression audible du fondement transcendantal et sans attribution de la réalité.

Om est la «semence primordiale» de l'univers - ce monde entier, dit un ancien texte, «n'est rien d'autre que om. » Il est également considéré comme le mantra racine d'où émergent tous les autres mantras et pour encapsuler l'essence des milliers de versets des textes les plus sacrés de l'hindouisme, les Vedas. Selon le Katha Upanishad (2.15), om est le «mot que tous les Vedas répètent».

En tant que tel, om est la graine méditative par excellence. Patanjali - qui a écrit le Yoga Sutra et est considéré comme le père du yoga classique - a enseigné que lorsque nous chantons cette syllabe sacrée et que nous en contemplons simultanément le sens, notre conscience devient «unifiée: et préparée à la méditation. Dans un commentaire sur le Yoga Sutra, l'ancien sage Vyasa a noté qu'en chantant om, «l'âme suprême est révélée.» Dans une veine similaire, l'érudit tibétain Lama Govinda a écrit que om exprime et conduit à «l'expérience de l'infini en nous». , chanter om peut être le moyen le plus simple de toucher le Divin en vous-même.

Les yogis méditent souvent sur les quatre «mesures», ou parties, de om. Bien que couramment orthographié om, le mantra se compose en fait de trois lettres, a, u et m. (En sanskrit, chaque fois qu'un a initial est suivi d'un u, ils se fondent en un long o .) Chacune de ces trois parties a de nombreuses associations métaphysiques, qui elles-mêmes servent de graines méditatives. Par exemple, a (prononcé «ah») représente notre état de veille, qui est aussi la conscience subjective du monde extérieur; u (prononcé «ooh») est l'état de rêve, ou la conscience de notre monde intérieur de pensées, de rêves, de souvenirs, etc. et m est l'état sans rêve du sommeil profond et l'expérience de l'unité ultime.

En contemplant la signification de chacune de ces lettres pendant que nous les chantons, nous sommes conduits à travers les trois états de notre conscience ordinaire à la quatrième partie du mantra, l' anusvara (après-son): om. La vibration se dissout lentement dans le silence, symbolique de l'état transcendant de conscience, assimilé à Brahman (l'Absolu). Ce silence est la couronne du mantra; il est décrit dans le Maitri Upanishad comme «tranquille, silencieux, intrépide, sans tristesse, heureux, satisfait, constant, immobile, immortel, inébranlable, durable».

Recommandé

Feel Feather-Light: équilibre de l'avant-bras
Marketing 101
Gâteau au romarin et à l'huile d'olive