L'héritage de Krishnamacharya: l'inventeur du yoga moderne

Vous n'avez peut-être jamais entendu parler de lui, mais Tirumalai Krishnamacharya a influencé ou peut-être même inventé votre yoga.

Que vous pratiquiez la série dynamique de Pattabhi Jois, les alignements raffinés de BKS Iyengar, les postures classiques d'Indra Devi, ou le vinyasa personnalisé de Viniyoga, votre pratique découle d'une seule source: un brahmane de cinq pieds, deux pouces né plus que il y a cent ans dans un petit village du sud de l'Inde.

Il n'a jamais traversé un océan, mais le yoga de Krishnamacharya s'est répandu à travers l'Europe, l'Asie et les Amériques. Aujourd'hui, il est difficile de trouver une tradition asana qu'il n'a pas influencée. Même si vous avez appris d'un yogi maintenant en dehors des traditions associées à Krishnamacharya, il y a de bonnes chances que votre professeur ait été formé aux lignées Iyengar, Ashtanga ou Viniyoga avant de développer un autre style. Rodney Yee, par exemple, qui apparaît dans de nombreuses vidéos populaires, a étudié avec Iyengar. Richard Hittleman, un célèbre yogi télévisé des années 1970, s'est entraîné avec Devi. D'autres professeurs ont emprunté à plusieurs styles basés sur Krishnamacharya, créant des approches uniques telles que le White Lotus Yoga de Ganga White et l'ISHTA Yoga de Manny Finger. La plupart des enseignants, même de styles non directement liés à Krishnamacharya — Sivananda Yoga et Bikram Yoga,par exemple - ont été influencés par certains aspects des enseignements de Krishnamacharya.

Voir aussi  Introduction à la philosophie du yoga: Rayon de lumière

Beaucoup de ses contributions ont été si profondément intégrées dans le tissu du yoga que leur source a été oubliée. On dit qu'il est responsable de l'accent moderne mis sur Sirsasana (Headstand) et Sarvangasana (Shoulderstand). Il a été un pionnier dans le raffinage des postures, leur séquençage optimal et l'attribution d'une valeur thérapeutique à des asanas spécifiques. En combinant pranayama et asana, il a fait des postures une partie intégrante de la méditation au lieu d'un simple pas menant vers elle.

En fait, l'influence de Krishnamacharya peut être vue plus clairement dans l'accent mis sur la pratique des asanas qui est devenue la signature du yoga aujourd'hui. Probablement aucun yogi avant lui n'a développé les pratiques physiques si délibérément. Dans le processus, il a transformé le hatha - autrefois un marigot obscur du yoga - en son courant central. La résurgence du yoga en Inde doit beaucoup à ses innombrables tournées de conférences et démonstrations au cours des années 1930, et ses quatre disciples les plus célèbres - Jois, Iyengar, Devi et le fils de Krishnamacharya, TKV Desikachar - ont joué un rôle important dans la vulgarisation du yoga en Occident.

Récupérer les racines du yoga

Quand Yoga Journal m'a demandé de décrire l'héritage de Krishnamacharya, j'ai pensé que retracer l'histoire d'une personne décédée il y a à peine dix ans serait un travail facile. Mais j'ai découvert que Krishnamacharya reste un mystère, même pour sa famille. Il n'a jamais écrit un mémoire complet ni s'est attribué le mérite de ses nombreuses innovations. Sa vie est entourée de mythe. Ceux qui l'ont bien connu ont vieilli. Si nous perdons leurs souvenirs, nous risquons de perdre plus que l'histoire d'un des adeptes les plus remarquables du yoga; nous risquons de perdre une compréhension claire de l'histoire de la tradition vibrante dont nous avons hérité.

Il est fascinant de voir comment l'évolution de la personnalité de cet homme aux multiples facettes influence encore le yoga que nous pratiquons aujourd'hui. Krishnamacharya a commencé sa carrière d'enseignant en perfectionnant une version stricte et idéalisée du hatha yoga. Puis, alors que les courants de l'histoire le poussaient à s'adapter, il devint l'un des grands réformateurs du yoga. Certains de ses élèves se souviennent de lui comme d'un enseignant exigeant et instable; BKS Iyengar m'a dit que Krishnamacharya aurait pu être un saint, s'il n'était pas si colérique et égocentrique. D'autres se souviennent d'un mentor doux qui chérissait leur individualité. Desikachar, par exemple, décrit son père comme une personne gentille qui a souvent placé les sandales de son défunt gourou sur sa propre tête dans un acte d'humilité.

Voir aussi L'  histoire du yoga inédite jette un nouvel éclairage

Ces deux hommes restent farouchement fidèles à leur gourou, mais ils ont connu Krishnamacharya à différentes étapes de sa vie; c'est comme s'ils se souvenaient de deux personnes différentes. Des caractéristiques apparemment opposées peuvent encore être vues dans les tons contrastés des traditions qu'il a inspirées - certaines douces, d'autres strictes, chacune faisant appel à des personnalités différentes et apportant profondeur et variété à notre pratique toujours en évolution du hatha yoga.

Sortir de l'ombre

Le monde du yoga dont Krishnamacharya a hérité à sa naissance en 1888 était très différent de celui d'aujourd'hui. Sous la pression de la domination coloniale britannique, le hatha yoga était tombé à l'eau. Il ne restait qu'un petit cercle de pratiquants indiens. Mais au milieu du XIXe et au début du XXe siècle, un mouvement de renouveau hindou a insufflé une nouvelle vie à l'héritage indien. En tant que jeune homme, Krishnamacharya s'est plongé dans cette quête, apprenant de nombreuses disciplines indiennes classiques, y compris le sanscrit, la logique, le rituel, le droit et les bases de la médecine indienne. Avec le temps, il canaliserait ce vaste contexte dans l'étude du yoga, où il synthétisait la sagesse de ces traditions.

Selon les notes biographiques que Krishnamacharya a rédigées vers la fin de sa vie, son père l'a initié au yoga à l'âge de cinq ans, quand il a commencé à lui apprendre les sutras de Patanjali et lui a dit que leur famille était issue d'un yogi vénéré du neuvième siècle, Nathamuni. Bien que son père soit mort avant que Krishnamacharya n'atteigne la puberté, il a insufflé à son fils une soif générale de connaissances et un désir spécifique d'étudier le yoga. Dans un autre manuscrit, Krishnamacharya a écrit que «tout en étant encore un gamin», il a appris 24 asanas d'un swami des Sringeri Math, le même temple qui a donné naissance à la lignée de Sivananda Yogananda. Puis, à 16 ans, il a fait un pèlerinage au sanctuaire de Nathamuni à Alvar Tirunagari, où il a rencontré son ancêtre légendaire au cours d'une vision extraordinaire.

Voir aussi  Yoga dans le monde

Comme Krishnamacharya a toujours raconté l'histoire, il a trouvé un vieil homme à la porte du temple qui l'a dirigé vers une mangueraie voisine. Krishnamacharya a marché jusqu'au bosquet, où il s'est effondré, épuisé. Lorsqu'il s'est levé, il a remarqué que trois yogis s'étaient rassemblés. Son ancêtre Nathamuni était assis au milieu. Krishnamacharya s'est prosterné et a demandé des instructions. Pendant des heures, Nathamuni lui a chanté des vers du Yogarahasya (L'essence du yoga), un texte perdu plus de mille ans auparavant. Krishnamacharya a mémorisé et plus tard transcrit ces versets.

Les germes de nombreux éléments des enseignements novateurs de Krishnamacharya se trouvent dans ce texte, qui est disponible dans une traduction anglaise (Yogarahasya, traduit par TKV Desikachar, Krishnamacharya Yoga Mandiram, 1998). Bien que l'histoire de sa paternité puisse sembler fantaisiste, elle souligne un trait important dans la personnalité de Krishnamacharya: il n'a jamais revendiqué l'originalité. Selon lui, le yoga appartenait à Dieu. Toutes ses idées, originales ou non, il les attribue à des textes anciens ou à son gourou.

Après son expérience au sanctuaire de Nathamuni, Krishnamacharya a poursuivi son exploration d'une panoplie de disciplines classiques indiennes, obtenant des diplômes en philologie, logique, divinité et musique. Il pratiquait le yoga à partir des rudiments qu'il avait appris à travers des textes et des entretiens occasionnels avec un yogi, mais il aspirait à étudier le yoga plus profondément, comme son père l'avait recommandé. Un professeur d'université a vu Krishnamacharya pratiquer ses asanas et lui a conseillé de rechercher un maître appelé Sri Ramamohan Brahmachari, l'un des rares maîtres de hatha yoga restants.

Nous savons peu de choses sur Brahmachari sauf qu'il vivait avec son épouse et ses trois enfants dans une grotte isolée. D'après le récit de Krishnamacharya, il a passé sept ans avec ce professeur, à mémoriser le Yoga Sutra de Patanjali, à apprendre les asanas et le pranayama, et à étudier les aspects thérapeutiques du yoga. Au cours de son apprentissage, a affirmé Krishnamacharya, il a maîtrisé 3000 asanas et développé certaines de ses compétences les plus remarquables, comme arrêter son pouls. En échange d'un enseignement, Brahmachari a demandé à son fidèle élève de retourner dans son pays natal pour enseigner le yoga et fonder un foyer.

Voir aussi  Introduction à la philosophie du yoga: cultivez votre jardin

L'éducation de Krishnamacharya l'avait préparé à un poste dans de nombreuses institutions prestigieuses, mais il a renoncé à cette opportunité, choisissant d'honorer la demande d'adieu de son gourou. Malgré toute sa formation, Krishnamacharya est rentré chez lui dans la pauvreté. Dans les années 1920, l'enseignement du yoga n'était pas rentable. Les étudiants étaient peu nombreux et Krishnamacharya a été contraint d'accepter un travail de contremaître dans une plantation de café. Mais pendant ses jours de congé, il a voyagé dans toute la province pour donner des conférences et des démonstrations de yoga. Krishnamacharya a cherché à populariser le yoga en démontrant les siddhis, les capacités supranormales du corps yogique. Ces démonstrations, conçues pour stimuler l'intérêt pour une tradition mourante, comprenaient la suspension de son pouls, l'arrêt de voitures à mains nues, l'exécution d'asanas difficiles et le levage d'objets lourds avec ses dents. Pour enseigner le yoga aux gens, Krishnamacharya a estimé qu'il fallait d'abord attirer leur attention.

Grâce à un mariage arrangé, Krishnamacharya a honoré la deuxième demande de son gourou. Les anciens yogis étaient des renonçants, qui vivaient dans la forêt sans maison ni famille. Mais le gourou de Krishnamacharya voulait qu'il apprenne la vie de famille et enseigne un yoga qui profite au chef de famille moderne. Au début, cela s'est avéré une voie difficile. Le couple vivait dans une telle pauvreté que Krishnamacharya portait un pagne cousu de tissu déchiré du sari de son épouse. Il rappellerait plus tard cette période comme la période la plus difficile de sa vie, mais les épreuves n'ont fait que renforcer la détermination sans bornes de Krishnamacharya à enseigner le yoga.

Développer Ashtanga Vinyasa

La fortune de Krishnamacharya s'est améliorée en 1931 lorsqu'il a reçu une invitation à enseigner au Sanskrit College de Mysore. Là, il a reçu un bon salaire et la chance de se consacrer à l'enseignement du yoga à plein temps. La famille dirigeante de Mysore avait longtemps défendu toutes sortes d'arts indigènes, soutenant la revitalisation de la culture indienne. Ils avaient déjà fréquenté le hatha yoga pendant plus d'un siècle, et leur bibliothèque abritait l'une des plus anciennes compilations d'asanas illustrées maintenant connues, le Sritattvanidhi (traduit en anglais par le savant sanscrit Norman E. Sjoman dans The Yoga Tradition of the Mysore Palace.

Pendant les deux décennies suivantes, le Maharaja de Mysore a aidé Krishnamacharya à promouvoir le yoga dans toute l'Inde, en finançant des démonstrations et des publications. Diabétique, le Maharaja se sentait particulièrement attiré par le lien entre le yoga et la guérison, et Krishnamacharya consacra une grande partie de son temps à développer ce lien. Mais le poste de Krishnamacharya au Collège Sanskrit n'a pas duré. Il était un disciplinaire beaucoup trop strict, se plaignaient ses étudiants. Puisque le Maharaja aimait Krishnamacharya et ne voulait pas perdre son amitié et ses conseils, il proposa une solution; il offrit à Krishnamacharya la salle de gymnastique du palais comme son propre yogashala , ou école de yoga.

Voir aussi  Trouver l'équilibre et la guérison dans le yoga

Ainsi commença l'une des périodes les plus fertiles de Krishnamacharya, au cours de laquelle il développa ce qui est maintenant connu sous le nom d'Ashtanga Vinyasa Yoga. Comme les élèves de Krishnamacharya étaient principalement de jeunes garçons actifs, il s'est inspiré de nombreuses disciplines - y compris le yoga, la gymnastique et la lutte indienne - pour développer des séquences d'asanas exécutées de manière dynamique visant à développer la forme physique. Ce style vinyasa utilise les mouvements de Surya Namaskar (Salutation au soleil) pour conduire dans chaque asana et puis à nouveau. Chaque mouvement est coordonné avec la respiration prescrite et drishti, des «points de regard» qui focalisent les yeux et instillent une concentration méditative. Finalement, Krishnamacharya a standardisé les séquences de pose en trois séries composées d'asanas primaires, intermédiaires et avancés. Les élèves ont été regroupés par ordre d'expérience et de capacité, mémorisant et maîtrisant chaque séquence avant de passer à la suivante.

Bien que Krishnamacharya ait développé cette manière de pratiquer le yoga dans les années 1930, elle est restée pratiquement inconnue en Occident pendant près de 40 ans. Récemment, il est devenu l'un des styles de yoga les plus populaires, principalement grâce au travail de l'un des étudiants les plus fidèles et les plus célèbres de Krishnamacharya, K. Pattabhi Jois.

Pattabhi Jois a rencontré Krishnamacharya dans les moments difficiles avant les années Mysore. En tant que garçon robuste de 12 ans, Jois a assisté à l'une des conférences de Krishnamacharya. Intrigué par la démonstration des asanas, Jois a demandé à Krishnamacharya de lui enseigner le yoga. Les cours ont commencé le lendemain, quelques heures avant que la cloche de l'école ne sonne, et se sont poursuivis tous les matins pendant trois ans jusqu'à ce que Jois quitte la maison pour fréquenter le collège sanscrit. Lorsque Krishnamacharya a reçu son rendez-vous d'enseignement au collège moins de deux ans plus tard, Pattabhi Jois, ravi, a repris ses cours de yoga.

Jois a conservé une richesse de détails de ses années d'étude avec Krishnamacharya. Pendant des décennies, il a conservé ce travail avec une grande dévotion, affinant et infléchissant les séquences d'asanas sans modification significative, tout comme un violoniste classique pourrait nuancer le phrasé d'un concerto de Mozart sans jamais changer de note. Jois a souvent dit que le concept de vinyasa venait d'un ancien texte appelé le Yoga Kuruntha. Malheureusement, le texte a disparu; personne qui vit maintenant ne l'a vu. Il existe tellement d'histoires sur sa découverte et son contenu - j'ai entendu au moins cinq récits contradictoires - que certains remettent en question son authenticité. Quand j'ai demandé à Jois s'il avait déjà lu le texte, il a répondu: "Non, seulement Krishnamacharya." Jois a alors minimisé l'importance de cette Écriture,indiquant plusieurs autres textes qui ont également façonné le yoga qu'il a appris de Krishnamacharya, y compris le Hatha Yoga Pradipika, le Yoga Sutra et la Bhagavad Gita.

Voir aussi  Virtual Vinyasa

Quelles que soient les racines de l'Ashtanga Vinyasa, c'est aujourd'hui l'un des éléments les plus influents de l'héritage de Krishnamacharya. Peut-être que cette méthode, conçue à l'origine pour les jeunes, fournit à notre culture à haute énergie et tournée vers l'extérieur une passerelle accessible vers un chemin de spiritualité plus profonde. Au cours des trois dernières décennies, un nombre sans cesse croissant de yogis a été attiré par sa précision et son intensité. Beaucoup d'entre eux ont fait le pèlerinage à Mysore, où Jois lui-même a enseigné jusqu'à sa mort en mai 2009.

Briser une tradition

Alors même que Krishnamacharya enseignait aux jeunes hommes et garçons au palais de Mysore, ses manifestations publiques ont attiré un public plus diversifié. Il a aimé le défi de présenter le yoga à des personnes de différents horizons. Lors des visites fréquentes qu'il appelait «voyages de propagande», il a présenté le yoga aux soldats britanniques, aux maharajas musulmans et aux Indiens de toutes croyances religieuses. Krishnamacharya a souligné que le yoga pouvait servir n'importe quel credo et a ajusté son approche pour respecter la foi de chaque élève. Mais s'il a comblé les différences culturelles, religieuses et de classe, l'attitude de Krishnamacharya envers les femmes est restée patriarcale. Le destin, cependant, lui a joué un tour: le premier étudiant à amener son yoga sur la scène mondiale a demandé un enseignement dans un sari. Et elle était occidentale pour démarrer!

La femme, connue sous le nom d'Indra Devi (elle est née Zhenia Labunskaia, en Lettonie pré-soviétique), était une amie de la famille royale de Mysore. Après avoir vu l'une des manifestations de Krishnamacharya, elle a demandé des instructions. Au début, Krishnamacharya a refusé de lui apprendre. Il lui a dit que son école n'acceptait ni les étrangers ni les femmes. Mais Devi a persisté, persuadant le Maharaja de l'emporter sur son brahmane. À contrecœur, Krishnamacharya a commencé ses leçons, la soumettant à des directives diététiques strictes et à un horaire difficile visant à briser sa résolution. Elle a relevé tous les défis imposés par Krishnamacharya, devenant finalement son bon ami ainsi qu'une élève exemplaire.

Après un apprentissage d'un an, Krishnamacharya a demandé à Devi de devenir professeur de yoga. Il lui a demandé d'apporter un cahier, puis a passé plusieurs jours à dicter des leçons sur l'enseignement du yoga, l'alimentation et le pranayama. S'inspirant de cet enseignement, Devi a finalement écrit le premier livre à succès sur le hatha yoga, Forever Young, Forever Healthy. Au fil des années après ses études avec Krishnamacharya, Devi a fondé la première école de yoga à Shanghai, en Chine, où Madame Chiang Kai-Shek est devenue son élève. Finalement, en convaincant les dirigeants soviétiques que le yoga n'était pas une religion, elle a même ouvert les portes du yoga en Union soviétique, où il était illégal. En 1947, elle a déménagé aux États-Unis. Vivant à Hollywood, elle est devenue la «Première Dame du Yoga», attirant des étudiants célèbres comme Marilyn Monroe, Elizabeth Arden, Greta Garbo,et Gloria Swanson. Grâce à Devi, le yoga de Krishnamacharya a connu sa première vogue internationale.

Voir aussi  Le yoga est-il une religion?

Bien qu'elle ait étudié avec Krishnamacharya pendant la période Mysore, le yoga Indra Devi est venu enseigner ne ressemble guère à l'Ashtanga Vinyasa de Jois. Annonçant le yoga hautement individualisé qu'il développerait plus tard dans les années ultérieures, Krishnamacharya a enseigné à Devi d'une manière plus douce, accommodante mais défiant ses limites physiques.

Devi a conservé ce ton doux dans son enseignement. Bien que son style n'emploie pas le vinyasa, elle a utilisé les principes de séquençage de Krishnamacharya afin que ses cours expriment un voyage délibéré, commençant par des postures debout, progressant vers un asana central suivi de poses complémentaires, puis se terminant par la relaxation. Comme pour Jois, Krishnamacharya lui a appris à combiner pranayama et asana. Les élèves de sa lignée exécutent toujours chaque posture avec des techniques de respiration prescrites.

Devi a ajouté un aspect dévotionnel à son travail, qu'elle appelle Sai Yoga. La pose principale de chaque classe comprend une invocation, de sorte que le point d'appui de chaque pratique implique une méditation sous la forme d'une prière œcuménique. Bien qu'elle ait développé ce concept par elle-même, il peut avoir été présent sous forme embryonnaire dans les enseignements qu'elle a reçus de Krishnamacharya. Plus tard dans sa vie, Krishnamacharya a également recommandé le chant de dévotion dans la pratique des asanas.

Bien que Devi soit décédée en avril 2002 à l'âge de 102 ans, ses six écoles de yoga sont toujours actives à Buenos Aires, en Argentine. Jusqu'à il y a trois ans, elle enseignait encore les asanas. Dans les années 90, elle a continué à faire le tour du monde, apportant l'influence de Krishnamacharya à un large public à travers l'Amérique du Nord et du Sud. Son impact aux États-Unis s'est atténué lorsqu'elle a déménagé en Argentine en 1985, mais son prestige en Amérique latine s'étend bien au-delà de la communauté du yoga.

Voir aussi  3 étapes pour former un cercle de yoga: comment bâtir une communauté plus forte

Vous pourriez avoir du mal à trouver quelqu'un à Buenos Aires qui ne la connaisse pas. Elle a touché tous les niveaux de la société latine: le chauffeur de taxi qui m'a amené chez elle pour une interview l'a décrite comme "une femme très sage"; le lendemain, le président argentin Menem est venu pour ses bénédictions et ses conseils. Les six écoles de yoga de Devi dispensent 15 cours d'asanas par jour et les diplômés du programme de formation des enseignants de quatre ans reçoivent un diplôme de niveau universitaire internationalement reconnu.

Instruire Iyengar

Pendant la période où il enseignait à Devi et Jois, Krishnamacharya a également brièvement enseigné à un garçon nommé BKS Iyengar, qui grandirait pour jouer peut-être le rôle le plus important de quiconque dans l'introduction du hatha yoga en Occident. Il est difficile d'imaginer à quoi ressemblerait notre yoga sans les contributions d'Iyengar, en particulier son articulation détaillée et systématique de chaque asana, ses recherches sur les applications thérapeutiques et son système de formation rigoureux à plusieurs niveaux qui a produit tant d'enseignants influents.

Il est également difficile de savoir à quel point l'entraînement de Krishnamacharya a affecté le développement ultérieur d'Iyengar. Bien qu'intense, le mandat d'Iyengar avec son professeur n'a duré qu'un an à peine. En plus de la dévotion brûlante au yoga qu'il évoquait à Iyengar, Krishnamacharya a peut-être planté les graines qui allaient plus tard germer dans le yoga mature d'Iyengar. (Certaines des caractéristiques pour lesquelles le yoga d'Iyengar est noté - en particulier, les modifications de pose et l'utilisation du yoga pour guérir - sont assez similaires à celles développées par Krishnamacharya dans ses travaux ultérieurs.) Peut-être que toute enquête approfondie sur le hatha yoga tend à produire des résultats parallèles. En tout cas, Iyengar a toujours vénéré son gourou d'enfance. Il dit encore: "Je suis un petit modèle de yoga; mon guruji était un grand homme."

Le destin d'Iyengar n'était pas évident au début. Quand Krishnamacharya a invité Iyengar dans sa maison - la femme de Krishnamacharya était la sœur d'Iyengar - il a prédit que l'adolescent raide et maladif n'atteindrait aucun succès dans le yoga. En fait, le récit d'Iyengar sur sa vie avec Krishnamacharya ressemble à un roman de Dickens. Krishnamacharya pourrait être un maître d'œuvre extrêmement dur. Au début, il a à peine pris la peine d'enseigner à Iyengar, qui passait ses journées à arroser les jardins et à accomplir d'autres tâches. La seule amitié d'Iyengar venait de son colocataire, un garçon nommé Keshavamurthy, qui se trouvait être le protégé préféré de Krishnamacharya. Dans une étrange tournure du destin, Keshavamurthy a disparu un matin et n'est jamais revenu.Krishnamacharya n'était qu'à quelques jours d'une importante manifestation au yogashala et comptait sur son élève vedette pour exécuter des asanas. Face à cette crise, Krishnamacharya a rapidement commencé à enseigner à Iyengar une série de postures difficiles.

Iyengar a pratiqué avec diligence et, le jour de la manifestation, a surpris Krishnamacharya en se produisant exceptionnellement. Après cela, Krishnamacharya a commencé à instruire sérieusement son élève déterminé. Iyengar a progressé rapidement, commençant à assister les cours au yogashala et accompagnant Krishnamacharya lors de tournées de démonstration de yoga. Mais Krishnamacharya a continué son style d'instruction autoritaire. Une fois, quand Krishnamacharya lui a demandé de démontrer Hanumanasana (une scission complète), Iyengar s'est plaint qu'il n'avait jamais appris la pose. "Fais le!" Ordonna Krishnamacharya. Iyengar s'exécuta, déchirant ses ischio-jambiers.

Voir aussi  Yoga Community rend hommage à BKS Iyengar

Le bref apprentissage d'Iyengar s'est terminé brusquement. Après une démonstration de yoga dans le nord de la province du Karnataka, un groupe de femmes a demandé à Krishnamacharya des instructions. Krishnamacharya a choisi Iyengar, le plus jeune étudiant avec lui, pour diriger les femmes dans une classe séparée, car les hommes et les femmes n'étudiaient pas ensemble à l'époque. L'enseignement d'Iyengar les a impressionnés. A leur demande, Krishnamacharya a assigné Iyengar à rester comme leur instructeur.

L'enseignement représentait une promotion pour Iyengar, mais cela ne faisait pas grand-chose pour améliorer sa situation. L'enseignement du yoga était encore une profession marginale. Parfois, se souvient Iyengar, il ne mangeait qu'une seule assiette de riz en trois jours, se nourrissant principalement d'eau du robinet. Mais il se consacra résolument au yoga. En fait, dit Iyengar, il était tellement obsédé que certains voisins et sa famille le considéraient comme fou. Il pratiquait pendant des heures, utilisant de lourds pavés pour forcer ses jambes dans Baddha Konasana (Pose d'angle lié) et se penchant en arrière sur un rouleau à vapeur garé dans la rue pour améliorer son Urdhva Dhanurasana (Pose de l'arc orienté vers le haut). Soucieux de son bien-être, le frère d'Iyengar a arrangé son mariage avec un jeune de 16 ans nommé Ramamani. Heureusement pour Iyengar, Ramamani a respecté son travail et est devenu un partenaire important dans son enquête sur les asanas.

À plusieurs centaines de kilomètres de son gourou, le seul moyen pour Iyengar d'en savoir plus sur les asanas était d'explorer des poses avec son propre corps et d'analyser leurs effets. Avec l'aide de Ramamani, Iyengar a raffiné et avancé les asanas qu'il a appris de Krishnamacharya.

Comme Krishnamacharya, à mesure qu'Iyengar gagnait lentement des élèves, il modifiait et adaptait les postures pour répondre aux besoins de ses élèves. Et, comme Krishnamacharya, Iyengar n'a jamais hésité à innover. Il a en grande partie abandonné le style de pratique vinyasa de son mentor. Au lieu de cela, il a constamment recherché la nature de l'alignement interne, en tenant compte de l'effet de chaque partie du corps, même de la peau, dans le développement de chaque pose. Comme de nombreuses personnes moins en forme que les jeunes étudiants de Krishnamacharya venaient à Iyengar pour recevoir des instructions, il a appris à utiliser des accessoires pour les aider. Et comme certains de ses étudiants étaient malades, Iyengar a commencé à développer l'asana comme pratique de guérison, créant des programmes thérapeutiques spécifiques. De plus, Iyengar est venu voir le corps comme un temple et l'asana comme une prière. L'accent mis par Iyengar sur les asanas n'a pas toujours plu à son ancien professeur.Bien que Krishnamacharya ait loué la compétence d'Iyengar à la pratique des asanas lors de la célébration du 60e anniversaire d'Iyengar, il a également suggéré qu'il était temps pour Iyengar d'abandonner l'asana et de se concentrer sur la méditation.

Au cours des années 30, 40 et 50, la réputation d'Iyengar en tant qu'enseignant et guérisseur a grandi. Il a acquis des étudiants bien connus et respectés comme le philosophe-sage Jiddhu Krishnamurti et le violoniste Yehudi Menuhim, qui ont aidé à attirer les étudiants occidentaux vers ses enseignements. Dans les années 1960, le yoga faisait partie de la culture mondiale et Iyengar était reconnu comme l'un de ses principaux ambassadeurs.

Survivre aux années maigres

Alors même que ses étudiants prospéraient et répandaient son évangile du yoga, Krishnamacharya lui-même rencontra à nouveau des moments difficiles. En 1947, les inscriptions avaient diminué au yogashala. Selon Jois, seuls trois étudiants sont restés. Le patronage du gouvernement a pris fin; L'Inde a gagné son indépendance et les politiciens qui ont remplacé la famille royale de Mysore avaient peu d'intérêt pour le yoga. Krishnamacharya a eu du mal à maintenir l'école, mais en 1950 elle a fermé. Professeur de yoga de 60 ans, Krishnamacharya s'est retrouvé dans la position difficile de devoir recommencer.

Contrairement à certains de ses protégés, Krishnamacharya n'a pas apprécié les avantages de la popularité croissante du yoga. Il a continué à étudier, enseigner et faire évoluer son yoga dans une quasi-obscurité. Iyengar suppose que cette période solitaire a changé la disposition de Krishnamacharya. Selon Iyengar, Krishnamacharya pourrait rester à l'écart sous la protection du Maharaja. Mais seul, devant trouver des étudiants privés, Krishnamacharya avait plus de motivation pour s'adapter à la société et développer une plus grande compassion.

Voir aussi Les racines du yoga: ancien + moderne

Comme dans les années 1920, Krishnamacharya a eu du mal à trouver du travail, quittant finalement Mysore et acceptant un poste d'enseignant au Vivekananda College de Chennai. De nouveaux étudiants sont apparus lentement, y compris des personnes de tous horizons et de différents états de santé, et Krishnamacharya a découvert de nouvelles façons de leur enseigner. Alors que des étudiants ayant moins d'aptitudes physiques venaient, y compris certains handicapés, Krishnamacharya s'est concentré sur l'adaptation des postures aux capacités de chaque élève.

Par exemple, il demanderait à un élève d'effectuer Paschimottanasana (flexion avant assise) avec les genoux droits pour étirer les ischio-jambiers, tandis qu'un élève plus raide pourrait apprendre la même posture avec les genoux pliés. De même, il faisait varier la respiration pour répondre aux besoins d'un élève, renforçant parfois l'abdomen en mettant l'accent sur l'expiration, d'autres fois en soutenant le dos en mettant l'accent sur l'inhalation. Krishnamacharya a varié la longueur, la fréquence et le séquençage des asanas pour aider les élèves à atteindre des objectifs spécifiques à court terme, comme se remettre d'une maladie. Au fur et à mesure que la pratique d'un étudiant progressait, il les aiderait à affiner les asanas vers la forme idéale. À sa manière individuelle, Krishnamacharya a aidé ses élèves à passer d'un yoga adapté à leurs limites à un yoga qui étirait leurs capacités. Cette approche,qui est maintenant généralement appelé Viniyoga, est devenu la marque de l'enseignement de Krishnamacharya au cours de ses dernières décennies.

Krishnamacharya semblait disposé à appliquer ces techniques à presque tous les problèmes de santé. Une fois, un médecin lui a demandé d'aider une victime d'un AVC. Krishnamacharya a manipulé les membres sans vie du patient dans diverses postures, une sorte de thérapie physique yogique. Comme pour beaucoup d'étudiants de Krishnamacharya, la santé de l'homme s'est améliorée - tout comme la renommée de Krishnamacharya en tant que guérisseur.

C'était cette réputation de guérisseur qui attirerait le dernier disciple majeur de Krishnamacharya. Mais à l'époque, personne - encore moins Krishnamacharya - n'aurait deviné que son fils, TKV Desikachar, deviendrait un yogi renommé qui transmettrait toute la portée de la carrière de Krishnamacharya, et en particulier ses enseignements ultérieurs, au monde occidental du yoga.

Garder la flamme vivante

Bien que né dans une famille de yogis, Desikachar n'avait aucune envie de poursuivre sa vocation. Enfant, il s'est enfui lorsque son père lui a demandé de faire des asanas. Krishnamacharya l'a attrapé une fois, a attaché ses mains et ses pieds dans Baddha Padmasana (pose liée du lotus) et l'a laissé ligoté pendant une demi-heure. Une pédagogie comme celle-ci n'a pas motivé Desikachar à étudier le yoga, mais l'inspiration est finalement venue par d'autres moyens.

Après avoir obtenu son diplôme universitaire avec un diplôme en génie, Desikachar a rejoint sa famille pour une courte visite. Il était en route pour Delhi, où on lui avait proposé un bon travail dans une entreprise européenne. Un matin, alors que Desikachar était assis sur la marche avant en train de lire un journal, il a repéré une imposante voiture américaine qui roulait dans la rue étroite devant la maison de son père. Juste à ce moment-là, Krishnamacharya sortit de la maison, portant seulement un dhoti et les inscriptions sacrées qui signifiaient sa dévotion à vie au dieu Vishnu. La voiture s'est arrêtée et une femme d'âge moyen d'apparence européenne a jailli de la banquette arrière en criant «Professeur, Professeur! Elle s'est précipitée vers Krishnamacharya, a jeté ses bras autour de lui et l'a serré dans ses bras.

Le sang a dû s'écouler du visage de Desikachar alors que son père la serrait dans ses bras. À cette époque, les dames occidentales et les brahmanes ne s'étreignaient tout simplement pas - surtout pas au milieu de la rue, et surtout pas un brahmane aussi observateur que Krishnamacharya. Quand la femme est partie, "Pourquoi?!?" était tout ce que Desikachar pouvait balbutier. Krishnamacharya a expliqué que la femme avait étudié le yoga avec lui. Grâce à l'aide de Krishnamacharya, elle avait réussi à s'endormir la veille au soir sans drogue pour la première fois en 20 ans. Peut-être que la réaction de Desikachar à cette révélation était la providence ou le karma; certainement, cette preuve de la puissance du yoga a fourni une curieuse épiphanie qui a changé sa vie pour toujours. En un instant, il résolut d'apprendre ce que son père savait.

Voir aussi  Inspiration: quel est votre jingle de yoga?

Krishnamacharya n'a pas salué le nouvel intérêt de son fils pour le yoga. Il a dit à Desikachar de poursuivre sa carrière d'ingénieur et de laisser le yoga tranquille. Desikachar a refusé d'écouter. Il a rejeté le poste à Delhi, a trouvé du travail dans une entreprise locale et a harcelé son père pour des leçons. Finalement, Krishnamacharya a cédé. Mais pour s'assurer du sérieux de son fils - ou peut-être pour le décourager - Krishnamacharya demanda à Desikachar de commencer les leçons à 15h30 tous les matins. Desikachar a accepté de se soumettre aux exigences de son père, mais a insisté sur une condition qui lui était propre: pas de Dieu. Ingénieur au nez dur, Desikachar pensait qu'il n'avait pas besoin de religion. Krishnamacharya a respecté ce souhait et ils ont commencé leurs leçons par des asanas et en chantant le Yoga Sutra de Patanjali. Comme ils vivaient dans un appartement d'une pièce, toute la famille a été forcée de les rejoindre,bien qu'à moitié endormi. Les cours devaient durer 28 ans, mais pas toujours aussi tôt.

Pendant les années de tutorat de son fils, Krishnamacharya a continué à affiner l'approche Viniyoga, en adaptant les méthodes de yoga pour les malades, les femmes enceintes, les jeunes enfants - et, bien sûr, ceux qui recherchent l'illumination spirituelle. Il est venu pour diviser la pratique du yoga en trois étapes représentant la jeunesse, le moyen et la vieillesse: Premièrement, développer la puissance musculaire et la flexibilité; deuxièmement, maintenir la santé pendant les années de travail et d'élevage d'une famille; enfin, allez au-delà de la pratique physique pour vous concentrer sur Dieu.

Desikachar a observé qu'au fur et à mesure que les étudiants progressaient, Krishnamacharya a commencé à insister non seulement sur des asanas plus avancés, mais aussi sur les aspects spirituels du yoga. Desikachar se rendit compte que son père pensait que chaque action devait être un acte de dévotion, que chaque asana devait conduire au calme intérieur. De même, l'accent mis par Krishnamacharya sur la respiration était destiné à transmettre des implications spirituelles ainsi que des avantages physiologiques.

Selon Desikachar, Krishnamacharya a décrit le cycle de la respiration comme un acte d'abandon: "Inspirez, et Dieu s'approche de vous. Retenez l'inspiration, et Dieu reste avec vous. Expirez et vous vous approchez de Dieu. Retenez l'expiration et abandonnez-vous à Dieu. "

Au cours des dernières années de sa vie, Krishnamacharya a introduit le chant védique dans la pratique du yoga, ajustant toujours le nombre de versets pour correspondre au moment où l'étudiant doit tenir la pose. Cette technique peut aider les élèves à rester concentrés et leur fournit également un pas vers la méditation.

Voir aussi Une méditation matinale pour bien commencer la journée

En abordant les aspects spirituels du yoga, Krishnamacharya a respecté les antécédents culturels de chaque élève. L'une de ses étudiantes de longue date, Patricia Miller, qui enseigne maintenant à Washington, se souvient de lui avoir mené une méditation en proposant des alternatives. Il a demandé aux élèves de fermer les yeux et d'observer l'espace entre les sourcils, puis a dit: "Pensez à Dieu. Si ce n'est pas Dieu, le soleil. Sinon le soleil, vos parents." Krishnamacharya n'a posé qu'une seule condition, explique Miller: "Que nous reconnaissions une puissance plus grande que nous-mêmes."

Préserver un héritage

Aujourd'hui, Desikachar prolonge l'héritage de son père en supervisant le Krishnamacharya Yoga Mandiram à Chennai, en Inde, où toutes les approches contrastées du yoga de Krishnamacharya sont enseignées et ses écrits sont traduits et publiés. Au fil du temps, Desikachar a embrassé toute l'étendue de l'enseignement de son père, y compris sa vénération de Dieu. Mais Desikachar comprend aussi le scepticisme occidental et insiste sur la nécessité de dépouiller le yoga de ses attributs hindous afin qu'il reste un véhicule pour tous.

La vision du monde de Krishnamacharya était enracinée dans la philosophie védique; l'Occident moderne est enraciné dans la science. Informé des deux, Desikachar voit son rôle de traducteur, transmettant la sagesse ancienne de son père aux oreilles modernes. L'objectif principal de Desikachar et de son fils, Kausthub, est de partager cette ancienne sagesse du yoga avec le prochain

génération. «Nous devons aux enfants un avenir meilleur», dit-il. Son organisation propose des cours de yoga pour les enfants, y compris les handicapés. En plus de publier des histoires et des guides spirituels adaptés à l'âge, Kausthub développe des vidéos pour démontrer des techniques d'enseignement du yoga aux jeunes en utilisant des méthodes inspirées du travail de son grand-père à Mysore.

Bien que Desikachar ait passé près de trois décennies en tant qu'élève de Krishnamacharya, il prétend n'avoir glané que les bases des enseignements de son père. Les intérêts et la personnalité de Krishnamacharya ressemblaient tous deux à un kaléidoscope; le yoga n'était qu'une petite partie de ce qu'il savait. Krishnamacharya a également poursuivi des disciplines comme la philologie, l'astrologie et la musique. Dans son propre laboratoire ayurvédique, il a préparé des recettes à base de plantes.

En Inde, il est toujours mieux connu comme guérisseur que comme yogi. Il était aussi un cuisinier gastronomique, un horticulteur et un joueur de cartes avisé. Mais l'apprentissage encyclopédique qui le faisait parfois paraître distant ou même arrogant dans sa jeunesse - «intellectuellement enivré», comme Iyengar le caractérise poliment - céda finalement la place à un désir de communication. Krishnamacharya s'est rendu compte qu'une grande partie de l'apprentissage traditionnel indien qu'il chérissait disparaissait, alors il a ouvert son magasin de connaissances à quiconque ayant un intérêt sain et une discipline suffisante. Il a estimé que le yoga devait s'adapter au monde moderne ou disparaître.

Voir aussi  le guide de voyage d'un yogi en Inde

Une maxime indienne veut que tous les trois siècles, quelqu'un naît pour redynamiser une tradition. Krishnamacharya était peut-être un tel avatar. S'il avait un immense respect pour le passé, il n'hésitait pas non plus à expérimenter et à innover. En développant et en affinant différentes approches, il a rendu le yoga accessible à des millions de personnes. Voilà, en fin de compte, son plus grand héritage.

Aussi diverses que soient devenues les pratiques des différentes lignées de Krishnamacharya, la passion et la foi dans le yoga restent leur héritage commun. Le message tacite de son enseignement est que le yoga n'est pas une tradition statique; c'est un art vivant et respirant qui se développe constamment à travers les expériences et l'approfondissement de chaque pratiquant

expérience.

Recommandé

Feel Feather-Light: équilibre de l'avant-bras
Marketing 101
Gâteau au romarin et à l'huile d'olive