Instruire à partir de la base

En décrivant les qualités de l'asana avec les adjectifs «sthira» et «sukha», Patanjali utilise le langage très habilement. Sthira signifie stable et alerte - pour incarner sthira, la pose doit être forte et active. Sukha signifie confortable et léger - pour exprimer sukha, la pose doit être joyeuse et douce. Ces pôles complémentaires - ou co-essentiels Yin et Yang - nous enseignent la sagesse de l'équilibre. En trouvant l'équilibre, nous trouvons l'harmonie intérieure, à la fois dans notre pratique et dans nos vies.

En tant qu'enseignants, nous devons aider nos élèves à trouver cet équilibre dans leur pratique. Notre instruction devrait les aider à explorer à la fois sthira et sukha. En termes pratiques, nous devrions commencer par enseigner la sthira comme une forme de connexion au sol, puis passer à la sukha comme une forme d'exploration et d'expansion légère. De cette façon, nous pouvons enseigner à partir de zéro.

Pour manifester sa stabilité (sthira), il faut se connecter au sol sous nous, qui est notre terre, notre soutien. Que notre base soit composée de dix orteils, d'un pied ou d'une ou des deux mains, nous devons cultiver l'énergie à travers cette base. Rester à l'écoute de nos racines nécessite une forme particulière de vigilance. Notre enseignement devrait commencer par là en aidant les élèves à cultiver cette vigilance à la base d'une pose. Je vais démontrer cette forme d'instruction pour Tadasana, le plan pour toutes les autres poses debout. Les principes de Tadasana peuvent être facilement adaptés à toute pose debout que vous souhaitez enseigner.

Dans toutes les poses debout, la stabilité vient de l'enracinement de tous les côtés des pieds comme les piquets d'une tente. Nous devons enseigner aux élèves avec des arches hautes à accorder une attention particulière à la mise à la terre de leurs pieds intérieurs et montrer aux élèves avec des arcs tombés d'éloigner leurs chevilles les unes des autres.

Après avoir enraciné les pieds, nous nous déplaçons vers le haut, rappelant aux élèves de relever les rotules, l'intérieur supérieur des cuisses vers l'intérieur et le dos, et les côtés extérieurs des genoux vers l'arrière. Cela permet aux élèves de remarquer si leur poids est réparti uniformément entre la jambe droite et gauche, l'avant et l'arrière du pied et l'intérieur et l'extérieur des cuisses.

Ensuite, nous devons rappeler à nos élèves d'ajuster le bassin, en permettant au poids des hanches d'être au-dessus des genoux et des chevilles. Cela les oblige souvent à tirer légèrement leur poids vers l'arrière afin de permettre à la pointe du coccyx de faire face vers le bas. Dans cet alignement, le coccyx n'est ni replié ni soulevé, mais simplement dirigé vers le bas entre les avant des talons. Ceux qui ont des épines lombaires plates devront permettre au coccyx de reculer légèrement, en s'éloignant du repli, tandis que ceux qui ont un dos surplombé devront encourager le coccyx à se dessiner légèrement.

Nous devrions ensuite demander à nos élèves d'allonger la taille latérale, de soulever le haut du sternum et de détendre les épaules le long du dos, en les alignant sur les hanches et les chevilles. Ils doivent amener leur tête au-dessus de leurs épaules, en alignant le menton dans le même plan que le front. Enfin, ils doivent détendre la mâchoire, permettant à la langue de flotter librement dans la bouche et aux yeux de se ramollir.

Une fois que nos élèves ont veillé à la stabilité, les autres qualités de vigilance et de confort deviennent accessibles. Ils sont maintenant prêts à mettre leurs mains en position Namaste et à réfléchir sur leur motivation avant de commencer leur pratique.

Encouragez vos élèves à considérer cette base ancrée comme leur base d'origine, la base à partir de laquelle ils peuvent créer, explorer et parfois se développer. De là, ils peuvent naviguer vers un lieu de facilité ou de sukha. Tout comme la constance exige et développe la vigilance, le confort implique de rester léger, déchargé et intéressé par la découverte. En enseignant cette qualité, nous encourageons un équilibre équilibré plutôt que d'imposer des règles rigides d'alignement. Cela aide les élèves à développer un respect naturel envers leur corps et eux-mêmes, tout en les encourageant à habiter pleinement leur corps. Ils peuvent alors apprendre à s'éloigner du commandement de leur corps pour effectuer des poses, et à la place leur insuffler la vie de l'intérieur.

Avec sthira et sukha comme points sur notre boussole, nous pouvons organiser notre enseignement et aider nos élèves à profiter d'explorer leurs lieux de limitation et de libération dans chaque pose. En conséquence, quelles que soient les capacités individuelles de vos élèves, leur pratique peut se concentrer sur la célébration et le rafraîchissement.

À un niveau plus profond, la façon dont nous pratiquons et enseignons les postures de yoga reflète la façon dont nous vivons le reste de notre vie. En réfléchissant à notre pratique et à notre enseignement, nous pouvons utiliser le yoga comme un outil pour développer une meilleure compréhension de nous-mêmes et du monde qui nous entoure. Sthira et sukha peuvent alors devenir non seulement des outils pour enseigner ou comprendre le yoga, mais aussi des principes qui aident à guider notre façon de vivre.

Sarah Powers allie les connaissances du yoga et du bouddhisme dans sa pratique et son enseignement. Elle vit à Marin, en Californie, où elle scolarise sa fille à la maison et donne des cours. Pour plus d'informations, visitez www.sarahpowers.com.

Recommandé

10 conseils pour pratiquer Virasana en toute sécurité
Activez votre vérité et votre abondance avec ces poses d'autonomisation
5 conseils pour améliorer (presque) n'importe quelle pose