Trois est un charme: comprendre l'équilibre des 3 Gunas

Les yogis aiment énormément les listes numérotées, et les trois jouent un rôle majeur dans leur théologie, leur philosophie et leur métaphysique. Trois est un charme pour comprendre vos gunas et comment les équilibrer.

Votre pratique du yoga passe très probablement par des périodes de guna, alternant entre tamas et rajas, avec de temps en temps - si vous avez de la chance - une journée sattvique. Dédiez une pratique aux gunas. Soyez conscient, dans chaque pose que vous faites, comment chacun des gunas s'exprime. Déterminez le guna dominant et encouragez ses compatriotes assis en marge à venir rejoindre le match.

Le tri sanscrit est étymologiquement lié au mot anglais «trois». Prenez les tri-murti , ou «trois formes», de l'Absolu - les divinités Brahma, Vishnu et Shiva. Ou le tri-loka , ou «trois mondes», de l'enfer, de la terre et du ciel. Enfin, il y a le tri-guna , ou «trois brins», les forces qui composent la substance du monde matériel.

On pense que tout l'univers est composé de proportions différentes de gunas. Bien qu'ils soient décrits comme des entités distinctes, il vaut mieux considérer les gunas comme des catégories d'ondes réparties sur un large spectre, comme la lumière ou le son. À une extrémité du spectre se trouve le tamas (obscurité), qui est l'inertie ou la lourdeur. Son opposé polaire est sattva , qui ne peut pas être traduit avec précision mais est défini différemment comme «être», «existence», «essence spirituelle», «bonté» et «conscience». Sattva est l'aspect de la matière le plus proche dans la nature du Soi divin. La force motrice derrière ces deux est le rajas (coloré), qui est l'énergie brute ou la passion.

Voir aussi  7 façons d'incorporer la philosophie du yoga dans un flux physique

Les gunas sont utilisés pour caractériser et comprendre des objets ou des phénomènes naturels. Par exemple, un morceau de granit est principalement tamasique, une tornade rajasique et du soleil sattvique. Mais ce qui est intéressant dans le yoga, c'est que la conscience humaine est également considérée comme un processus matériel. Cela signifie que nos humeurs transitoires et nos personnalités plus permanentes peuvent généralement être caractérisées en fonction des gunas. Vous vous êtes probablement parfois senti tamasique - c'est-à-dire sombre et lourd - et vous devez connaître quelques tornades humaines intempestives ou rajasiques qui ne peuvent jamais rester immobiles et se concentrer. Vous pourriez même connaître quelqu'un qui est remarquablement calme et léger ou perspicace, probablement votre professeur de yoga sattvique.

Les gunas peuvent également s'appliquer à notre pratique quotidienne. Certains jours, nous sommes aussi lourds qu'un rocher; d'autres jours, nous sommes excités. Ensuite, il y a ces rares jours où nous flottons sattviquement dans notre pratique. Les textes traditionnels suggèrent que nous cultivions notre nature sattvique, au détriment des tamas et des rajas. Mais je crois qu'il est préférable de cultiver un équilibre des trois gunas, de sorte que, simultanément, nous soyons ancrés tamasiquement à la terre, passionnés de manière rajasique par notre travail, et atteignant sattviquement notre objectif, qui est la réalisation de notre Soi authentique.

A propos de l'auteur

Richard Rosen, qui enseigne à Oakland et à Berkeley, en Californie, écrit pour Yoga Journal depuis les années 1970.

Recommandé

3 histoires extraordinaires de guérison par le yoga
Flexibilité de travail dans l'une des plus anciennes poses du yoga
Une pratique de yoga à domicile pour construire un dos solide